Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Bruno Denaes, médiateur de Radio France, frappe encore

5 juillet 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Bruno Denaes, médiateur de Radio France, frappe encore

Bruno Denaes, médiateur de Radio France, frappe encore

Dur est le métier de médiateur. Souvent refuge de journalistes que l’on ne sait pas caser ailleurs, la fonction est coincée entre lecteurs/auditeurs/téléspectateurs d’un côté, les journalistes de l’autre et la direction au-dessus. Nous avions évoqué en mars 2018 la langue de coton de Bruno Denaes, quelques mois plus tard, le coton colle toujours au palais.

Lettres aux journalistes

Les jour­nal­istes reçoivent chaque semaine ou quin­zaine un cour­riel du médi­a­teur de Radio France. La mis­sive cor­rige pronon­ci­a­tions, fautes de gram­maire, angli­cismes, reprend par­fois les mots ridicules de la semaine. Par­mi ces derniers cer­tains sont savoureux tels que « on a plus de chances d’être tué » au lieu de « risques d’être tué » ou encore le verbe « sup­port­er une équipe », un mag­nifique angli­cisme car « sup­port­er » en français est péjo­ratif, et « soutenir » s’imposait.

Rééducation politiquement correcte

Mais Bruno Denaes va sou­vent plus loin et cède volon­tiers à la ten­dance naturelle du groupe Radio France, le gen­til vola­puk nor­mal­isé libéral lib­er­taire. Prenons un exem­ple dans son bul­letin du 25 mai 2018. Courant mai, un burk­in­abé est lynché par de jeunes tchétchènes à Pau. Un audi­teur se plaint en ces termes :

« Vous par­lez du lyn­chage d’un homme français d’origine burk­in­abé. Tout burk­in­abé qu’il soit, cet homme est Français. En quoi son orig­ine étrangère est elle si impor­tante ? Vous ne par­lez pas de Français d’origine espag­nole ou portugaise »
(les mots en gras sont d’origine)

Réponse du médiateur :

« Cette remar­que est juste, sauf, peut-être dans le cas présent : la pré­ci­sion de l’origine peut laiss­er enten­dre qu’il pour­rait s’agir d’unacte raciste » (les mots en gras sont de la rédac­tion de l’Observatoire)

Résumons, la vic­time est européenne, on ne men­tionne pas son orig­ine. Elle est africaine, alors là c’est l’exception, on la men­tionne, car on ne sait jamais il faut débus­quer le racisme. Les assail­lants sont Tchétchènes on ne les men­tionne pas. Décidé­ment l’antiracisme est bien le com­mu­nisme du XXIème siè­cle comme le dit Alain Finkielkraut.

Crédit pho­to : via Wikimé­dia (cc)

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.

Marine Turchi

PORTRAIT — Née en 1984, Marine Turchi s’est illus­trée par des débuts promet­teurs dans le jour­nal­isme, avec plusieurs récom­pens­es à la clé. Suite à cette brève ascen­sion, elle a rejoint Médi­a­part, le site fondé par Edwy Plenel en 2008, lors de son lancement.