Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | C’est officiel : Philippe Verdier a été licencié par France 2
C’est officiel : Philippe Verdier a été licencié par France 2

2 novembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | C’est officiel : Philippe Verdier a été licencié par France 2

C’est officiel : Philippe Verdier a été licencié par France 2

C’est officiel : Philippe Verdier a été licencié par France 2

Fin de partie pour Philippe Verdier à France 2. Malgré la couverture médiatique de son affaire et la pétition lancée pour tenter de sauver son poste, le « monsieur météo » de France 2 a finalement reçu sa lettre de licenciement.

Dans une vidéo pub­liée par sa mai­son d’édi­tion, Ring, ce dernier se présente aux spec­ta­teurs par ces mots : « Mon livre “Cli­mat Inves­ti­ga­tion” est sor­ti il y a un mois. Depuis, je suis inter­dit d’an­tenne sur ma pro­pre chaîne. » Et d’ou­vrir face à la caméra sa let­tre de licen­ciement, avant qu’un mes­sage n’ap­pa­raisse : « Philippe Verdier licen­cié par France Télévi­sions un mois avant la COP21. »

Depuis le 12 octo­bre, Philippe Verdier était absent de l’an­tenne, offi­cielle­ment en con­gés pour « pro­mou­voir son livre ». En réal­ité, les posi­tions évo­quées dans son dernier livre, jugées « cli­matoscep­tiques », sont très mal passées auprès de la direc­tion de France Télévi­sions comme de l’exé­cu­tif à seule­ment quelques semaines de la COP21 de Paris.

Il avait été con­vo­qué par sa direc­tion fin octo­bre. « Lorsqu’on est salarié d’une mai­son comme France Télévi­sions, il faut faire une dis­tinc­tion entre ses avis per­son­nels et ce que l’on fait porter à l’entreprise. Là, il y a eu con­fu­sion, et ça me pose prob­lème », a déclaré Del­phine Ernotte, prési­dente du groupe public.

De son côté, Philippe Verdier ne se fait pas d’il­lu­sions : « For­cé­ment, quand quelqu’un se met en tra­vers de la route de la COP 21, ça ne fait pas plaisir à l’Élysée. »

La séquence aura per­mis de mon­tr­er le courage et l’e­sprit de sol­i­dar­ité de Louis Bidon, « mon­sieur météo » de TF1 et de RTL, qui s’est exprimé sur cette affaire à l’oc­ca­sion de la sor­tie de son livre Quand la météo fait l’his­toire. Inter­rogé sur RTL, celui-ci s’est en effet désol­i­darisé de son con­frère. « Moi, je m’ap­plique le devoir de réserve », a‑t-il com­men­té, jugeant que Philippe Verdier aurait dû égale­ment deman­der une audi­ence auprès du prési­dent de la République plutôt que de pub­li­er un livre et une let­tre ouverte pour cri­ti­quer les posi­tions du GIEC…

Publicité

Le Néo-féminisme à l'assaut d'Internet

Cet article gratuit vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € pour un article, 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Patrick Cohen

PORTRAIT — Patrick Cohen est né en août 1962 à Mon­treuil. Il est l’un des chefs d’orchestre de l’information. Se cam­ou­flant der­rière une neu­tral­ité de façade, Patrick Cohen s’est longtemps fait le chantre de la lib­erté d’expression tant qu’elle demeu­rait dans les lim­ites du poli­tique­ment correct.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux sociaux.

Hervé Gattegno

PORTRAIT — Né le 28 juil­let 1964, Hervé Gat­teg­no a été rédac­teur en chef de l’édition française de Van­i­ty Fair jusqu’en 2016, puis est devenu directeur de la rédac­tion du JDD. Il est mar­ié et a trois enfants avec Anne-Cécile Sar­fati, rédac­trice en chef du mag­a­zine féminin Elle.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Sonia Dev­illers s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos ».