Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Causeur encore recapitalisé

8 janvier 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Causeur encore recapitalisé

Causeur encore recapitalisé

Le mensuel politiquement incorrect d’Élisabeth Lévy est sur le point de faire entrer plusieurs centaines de milliers d’euros dans ses caisses. Une bouffée d’oxygène.

La quête aura duré plusieurs mois et devrait trou­ver son aboutisse­ment au print­emps. Causeur, qui édite un men­su­el imprimé et un site Inter­net, réalis­era une aug­men­ta­tion de cap­i­tal de 500 000 euros d’i­ci avril. Cette dernière sera souscrite en pre­mier lieu par les action­naires actuels.

Causeur, grâce à l’au­ra de la jour­nal­iste Élis­a­beth Lévy, omniprésente sur les plateaux de télé et les chaînes d’in­for­ma­tion, est à la tête d’un tour de table de haut vol. Y fig­urent au pre­mier chef comme pre­mier action­naire Gérard Pen­ci­olel­li, qui, après avoir détenu Minute, s’est recon­ver­ti dans la Net économie. Au tra­vers de sa hold­ing, Ini­tial Con­cept, il détient notam­ment le site de ren­con­tres chics Attrac­tive World. Le richissime entre­pre­neur du Web, Xavier Niel, ain­si que le pro­prié­taire de Poweo, Charles Beigbed­er, sou­ti­en­nent eux aus­si finan­cière­ment Causeur. Avec Thier­ry Wil­helm (Medi­a­part), autre asso­cié minori­taire, ils ont promis d’in­jecter une par­tie de la somme. Une broutille pour eux. Le reste serait abondé par l’homme d’af­faire ital­ien Pao­lo Scar­foglio Fer­rara, et un autre investis­seur à l’i­den­tité non révélée. Cha­cun prendrait env­i­ron 10% du cap­i­tal de Causeur SA. Scar­foglio, à la tête d’un fonds basé en Suisse, reste extrême­ment dis­cret sur ses activ­ités. Pour autant, cer­tains lui prê­tent l’in­ten­tion de vouloir inve­stir dans la presse hexag­o­nale. Son tick­et dans Causeur serait une sorte de marchepied.

La mar­que compte men­er deux chantiers majeurs grâce à ce demi-mil­lion d’eu­ros inespéré. Causeur mod­ernisera avant l’été son site afin de le ren­dre plus ergonomique. L’ob­jec­tif est de con­quérir de nou­veaux abon­nés numériques payants. Le titre pour­ra égale­ment pro­mou­voir ses ventes en mag­a­sin grâce à des cam­pagnes de pro­mo­tion sur des réseaux ciblés. Causeur escompte ain­si faire pro­gress­er sa dif­fu­sion de 20% cette année. À côté de ses quelque 8000 abon­nés, le men­su­el annonce 4000 exem­plaires ven­dus en kiosques. La recap­i­tal­i­sa­tion aura enfin une dernière ver­tu : apur­er le pas­sif. En 2015, Causeur a encore per­du env­i­ron 120 000 euros, sa sep­tième année déficitaire.

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.