Accueil | Actualités | Médias | Casseurs du PSG : les médias changent les prénoms
Pub­lié le 21 mai 2013 | Éti­quettes : , ,

Casseurs du PSG : les médias changent les prénoms

23 comparutions immédiates ont eu lieu la semaine dernière suite aux débordements ayant entaché le titre de champion de France du PSG dimanche 12 mai.

Plusieurs personnes ont été condamnées à du sursis, certaines à de la prison ferme. Dans le récit que dresse Libération des 4 condamnations de mercredi soir, les prénoms des accusés ont été modifiés. Ainsi, alors que sur les vidéos de la police, on remarque surtout des casseurs banlieusards et issus de l’immigration, Libération nous parle d’Alexandre, de Nicolas, d’Anthony et de Tariq. Des prénoms « bien de chez nous », à l’exception de Tariq, présenté comme un Pakistanais de 18 ans. « Le Pakistan c’est loin, très loin, et Tariq, contrairement aux autres casseurs, n’a sans doute pas la nationalité française » analyse Benoît Rayski sur Boulevard Voltaire.

Même constatation dans le Nouvel Observateur, sur FranceTVinfo ou encore sur Politis. On retrouve cette fois Arnaud, Romain, Raphaël et Mohammad (le Pakistanais). Libération va même plus loin en publiant un témoignage d’un supporter du PSG, accusant surtout les « ultras » et faisant le lien d’avec les identitaires de la Manif pour tous. Son nom (modifié) : Yoni Goldinsky. « Ça c’est bien trouvé ! s’exclame Benoît Rayski. Pas besoin d’être grand connaisseur pour savoir que ça fait juif, très juif. Et c’est sans conteste un certificat absolu d’objectivité pour cet intéressant témoignage. Avec un tel nom, c’est sûr qu’il ne s’agit pas d’un « ultra » : ces derniers sont réputés racistes et antisémites. Avec un tel nom, il ne peut pas être confondu avec les racailles de banlieue qui s’appellent tout à fait autrement. Un témoignage neutre donc et, bien sûr, casher à défaut d’être hallal. »

Une présentation faussée de la réalité qui rejoint la tendance actuelle de nos médias : faire le lien entre les casseurs de dimanche soir et les opposants au « mariage pour tous ».

Les faits similaires ne se comptent plus sur les doigts d’une main. En juin 2012, un article de Serge Le Luyer dans Le Monde avait remplacé un prénom d’origine arabe par celui de « Vladimir » pour un homicide commis contre un collégien de 13 ans à Rennes. Cette petite manipulation avait valu à son auteur un Bobard d’Argent pour « l’art de faire d’une pierre deux coups : on cache l’origine musulmane du meurtrier, on diabolise le prénom du « méchant » président Poutine. »

Dessin : © Milady de Winter pour l'Ojim

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This