Accueil | Actualités | Médias | C8 contre CSA, deuxième round
Pub­lié le 19 novembre 2019 | Éti­quettes : , ,

C8 contre CSA, deuxième round

La justice a tendance à user de deux poids et deux mesures, y compris en termes de médias. Alors qu’Eric Zemmour est condamné au nom de lois liberticides, alors que le CSA vient de l’envoyer devant le procureur de la République après son discours à la convention de la droite, l’amuseur Hanouna est caressé dans le sens du poil par le Conseil d’État qui annule une sanction prononcée contre son émission.

Un canular douteux

Cyril Hanouna ne recule devant aucune vulgarité : des nouilles dans le slip d’un collaborateur, uriner dans les chaussures d’un autre et – pourquoi se gêner – piéger en direct un chroniqueur (Matthieu Delormeau) en lui faisant croire qu’il a commis un crime et lui demandant de se dénoncer. Les faits remontent à novembre 2016.

Le CSA en 2017 avait condamné l’émission TPMP à la disette publicitaire pendant une semaine estimant que le présentateur avait « gravement méconnu son obligation de faire preuve de retenue dans la diffusion d’images susceptibles d’humilier les personnes » 

Le CSA condamné

Le 13 novembre 2019 le Conseil d’État a condamné le CSA à verser un peu plus de 1 million d’euros à la chaîne, pour « préjudice » et a annulé la sanction estimant que le chroniqueur n’avait pas été victime d’un comportement « dégradant, humiliant ou attentatoire à sa dignité ». La chaîne C8 réclamait plus, deux autres sanctions ont été maintenues. Le patron du CSA a annoncé qu’il paierait l’amende.

Petite devinette pour les amateurs : que fera le Conseil d’État devant la décision du CSA d’envoyer Eric Zemmour devant le procureur de la République au titre de l’article 40 du code pénal ? Poser la question, c’est y répondre.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This