Accueil | Actualités | Médias | Bloomberg News : une femme par enquête sinon rien
Pub­lié le 1 décembre 2014 | Éti­quettes : ,

Bloomberg News : une femme par enquête sinon rien

Féminisme obligatoire à Bloomberg News. Selon le site Talking Biz News, le rédacteur en chef de l'agence, Matthew Winkler, a demandé à son équipe d'inclure dans chaque reportage au moins une citation de femme.

Dans son courriel hebdomadaire, celui-ci écrit : « Tous les reportages Bloomberg News doivent inclure au moins une citation de femme, et il serait préférable qu'autant d'hommes que de femmes soient cités comme sources. Les femmes sont impliquées dans tous les secteurs que nous couvrons. Nos articles doivent refléter cette variété. »

À la fin de son message, il précise qu'une liste de 800 expertes se tient à la disposition des rédacteurs. Selon Slate.fr, cette nouvelle règle de l'agence spécialisée dans l'économie et la finance ne concernait, pour l'instant, que les reportages longs et les enquêtes, pour lesquels les journalistes ont plus de temps pour sélectionner avec soin leurs sources.

The Telegraph précise qu'il s'agit là de la première fois qu'un organe de presse impose ainsi un « quota de citations ».

En France, un rapport datant de décembre 2011 avait déjà souligné le manque de « représentativité » des femmes dans les médias, rappelant que « si l’on s’en tient aux chiffres seuls, ils traduisent une permanence : tous médias confondus, toujours 20 % d’expertes pour 80 % d’experts ».

Sous couvert de bons sentiments, ces mesures féministes ne trahissent-elles cependant pas une inversion des priorités où le sexe des experts passerait avant leur légitimité ? En tout cas, pour un reportage dans les monastères interdits aux femmes du Mont Athos, c’est raté !

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This