Accueil | Actualités | Médias | Les « journobots » ont débuté leur travail chez AP
Pub­lié le 28 juillet 2014 | Éti­quettes :

Les « journobots » ont débuté leur travail chez AP

Comme nous le rapportions en début du mois, Associated Press a mis en place un système automatique de rédaction d'articles.

Des journalistes remplacés par des robots ? Nous n'en sommes pas encore là. Depuis le 21 juillet, la rédaction d'articles présentant factuellement les résultats d'entreprises est assurée automatiquement. Assez courts (de 150 à 300 mots), ces papiers sont rédigés par le logiciel Automated Insights. « Les "journobots" - contraction de journaliste et de robots - comparent ensuite les résultats d’une année à l’autre, faisant varier verbes et expressions selon la nature des chiffres », écrit Le Monde.

Lou Ferrara, directeur de publication de l'agence, explique qu'un robot rédige à la même vitesse qu'un journaliste, même si ce système devrait permettre à AP de multiplier par plus de 10 la production de contenus, pour un objectif de 4 400 articles par mois d'ici la fin de l'année.

« Je ne peux pas me permettre d’avoir des journalistes qui perdent du temps à répertorier des données. En revanche, j’ai besoin de plus de reportage », a ajouté M. Ferrara en soulignant bien que cette nouveauté n'entraînerait aucune suppression de poste. Aujourd'hui, chaque contenu produit par un robot est relu par un journaliste et porte la légende suivante : « Cet article a été automatiquement généré par Automated Insights, en utilisant les données de Zacks Investment Research. » Mais AP prévoit, à terme, de se passer de la relecture lorsque le système sera assez rodé.

Pour l'instant, ce système reste exceptionnel et majoritairement cantonné aux articles factuels. Cependant, Kris Hammond, chercheur à l'université de Northwestern, a estimé que d’ici à 2025, 90 % des contenus accessibles au grand public seraient produits par des robots... « Une proportion qui n’impliquerait pas forcément un remplacement des journalistes par les robots, estime le chercheur, mais un "accroissement gigantesque" du volume de contenus sur le Web », conclut Le Monde.

Faut-il s'en inquiéter ? Ou considérer que les « journalistes » actuels ne remplissent pas déjà en partie cette tâche robotisée, en se contentant souvent de reprendre mécaniquement des dépêches d'agence... ?

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

71% récolté
Nous avons récolté 1.420€ sur 2.000€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Téléchargez l’application

L'Ojim sur iTunes Store