Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Photo retouchée : l’Associated Press accusée de racisme

30 janvier 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Photo retouchée : l’Associated Press accusée de racisme

Photo retouchée : l’Associated Press accusée de racisme

Lors du forum de Davos de cette fin janvier 2020, Greta Thunberg, la grande prophétesse médiatique du réchauffement climatique dont nous avions fait un portrait détaillé il y a peu, était à nouveau présente ; comme cela est devenu l’habitude.

Accom­pa­g­née de qua­tre autres jeunes activistes du mou­ve­ment “Fri­days for Future” (les fameuses grèves étu­di­antes pour le cli­mat), elles ont don­né une con­férence de presse, suiv­ie d’une pho­to de groupe. Et c’est là que le drame est arrivé, lors de la pub­li­ca­tion de cette pho­to, Vanes­sa Nakate, la seule Africaine de la bande, a été coupée au mon­tage. Il n’en fal­lait pas plus pour y voir le retour de l’Apartheid.

Quand un recadrage de photographie est comparé à “l’effacement du continent africain” de l’Histoire

Gre­ta Thun­berg et Vanes­sa Nakate, ayant prob­a­ble­ment la même habi­tude à tout sur­jouer, ont vive­ment réa­gi à cette histoire.

Nakate l’a fait dans une vidéo de plus de 10 min­utes, vue par plus de 600 000 per­son­nes et postée sur Twit­ter. Elle dit avoir com­pris “pour la pre­mière fois de sa vie la déf­i­ni­tion du mot racisme” (déc­la­ra­tion sur­prenante pour une per­son­ne de 23 ans cen­sée vivre dans un monde au “racisme sys­témique”). Et de con­tin­uer avec ces mots : “L’Afrique est le con­ti­nent qui émet le moins de car­bone, mais nous sommes les plus impactés par la crise cli­ma­tique. Mais effac­er nos voix ne chang­era rien. Effac­er nos his­toires ne chang­era rien. Sur inter­net, j’ai vu plusieurs médias faire la même chose. Le monde est si cru­el.”

Thun­berg a exprimé la dimen­sion “inac­cept­able de la chose, à énor­mé­ment (?) de points de vue” et ter­miné avec cette phrase, pour repren­dre son amie, “Vous avez effacé un con­ti­nent.”.

Le “système racisme” (sic) de Konbini

Du côté du monde médi­a­tique, “l’affaire” a été assez peu reprise, ni par Le Figaro, ni Le Monde, ni la majorité des grands organes de presse. Le prin­ci­pal média s’y étant intéressé est le très bien-pen­sant Kon­bi­ni avec un arti­cle qui vaut le détour.

Tout com­mence par l’utilisation du qual­i­fi­catif “noir”, de manière décom­plexée, dès le titre : “L’ac­tiviste noire Vanes­sa Nakate a été exclue d’une pho­to de groupe avec Gre­ta Thun­berg”. L’article est ensuite agré­men­té des réac­tions de divers­es per­son­nes jusqu’à cette phrase : “À tra­vers cette action, c’est tout un sys­tème racisme qui se révèle une fois de plus, comme l’ont noté de nombreux·ses autres militant·e·s noir·e·s qui se sont exprimé·e·s quant à leur invis­i­bil­i­sa­tion. Vanes­sa Nakate a d’ailleurs appelé à une prise de con­science de tou·te·s.” Out­re la dénon­ci­a­tion du fameux “racisme sys­témique”, on assiste à une envolée lyrique en écri­t­ure inclu­sive (alors qu’elle est absente du reste de l’article), comme si en deux lignes, Kon­bi­ni cher­chait à mar­quer le plus de points pos­si­bles auprès des minorités LGBT, “post-colo­niales” et cie, déjà abon­dam­ment cour­tisées par le média.

Face à la “tempête”, une agence de presse qui reste calme

Cette pho­togra­phie a été prise par un salarié de l’agence de presse améri­caine Asso­ci­at­ed Press (AP), qui l’a ensuite mise en ligne.

Face aux attaques, AP a expliqué que le pho­tographe “avait coupé ain­si sa pho­to parce que l’im­meu­ble, situé der­rière Vanes­sa Nakate, à gauche, “distrayait” l’œil du spec­ta­teur”, le tout, réal­isé “dans un délai très court”. L’agence a aus­si dit regret­ter cette pub­li­ca­tion, rap­pelé qu’elle se sou­ci­ait “pro­fondé­ment de la représen­ta­tion fidèle du monde qu’elle cou­vre” et même pré­cisé que ses jour­nal­istes étaient for­més pour qu’ils “soient sen­si­bles aux prob­lé­ma­tiques d’inclusion et d’omission”. Pau­vres jour­nal­istes de l’AP, même avec des for­ma­tions adap­tées, ils sont capa­bles de nous ramen­er aux heures les plus som­bres de notre histoire.

Sur le même sujet

Related Posts

Derniers portraits ajoutés

Claude Askolovitch

PORTRAIT — Claude Askolovitch débute sa car­rière à Sci­ences et Vie Économie puis entre à RFO avant d’être engagé au Matin de Paris. Fin 1987, il rejoint Europe 1 puis devient reporter à l’EDJ et à Marianne.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.