Accueil | Actualités | Médias | Anne Sinclair exprime son « dégoût » après le film sur DSK
Pub­lié le 20 mai 2014 | Éti­quettes :

Anne Sinclair exprime son « dégoût » après le film sur DSK

On savait que le film d'Abel Ferrara sur l'affaire DSK n'allait pas plaire à tout le monde, en particulier aux principaux protagonistes de l'histoire que sont Dominique Strauss-Kahn et Anne Sinclair.

Anne Sinclair exprime son « dégoût » après le film sur DSK

Anne Sinclair exprime son « dégoût » après le film sur DSK

Dans un billet publié sur le Huffington Post, qu'elle dirige, Anne Sinclair a tenu à exprimer son « dégoût ». « Dégoût, d'un film où l'exhibition permanente du corps de Gérard Depardieu, présentée comme une audace, donne en fait le haut le cœur. Dégoût des dialogues minables et grotesques. Dégoût de la façon dont M. Ferrara représente les femmes, ce qui doit illustrer ses propres pulsions. Dégoût enfin et surtout du soi-disant face à face des deux personnages principaux, où les auteurs et producteurs du film projettent leurs fantasmes sur l'argent et les juifs », a ainsi accusé l'ex-compagne de DSK.

« Les allusions à ma famille pendant la guerre sont proprement dégradantes et diffamatoires », a-t-elle ajouté, jugeant que le film avec Gérard Depardieu dans le rôle de l'ancien patron du FMI se fourvoyait dans des « attaques antisémites ». Pour autant, celle-ci a déclaré ne pas vouloir poursuivre le film en justice car les producteurs « n'attendent que ça ».

De son côté, l'avocat de DSK a annoncé sur Europe 1 qu'il allait l'attaquer en diffamation « du fait des accusations de viol, des insinuations qui sont dans ce film, tout au long du film ».


Voir aussi : Anne Sinclair, portrait

Anne Sinclair est née le 15 juillet 1948 à New York aux États-Unis. De nationalité franco-américaine, elle a passé les cinq premières années de sa vie aux États-Unis... Lire la suite

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This