Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Alba Ventura ou le vocabulaire orienté

18 juillet 2019

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Alba Ventura ou le vocabulaire orienté

Alba Ventura ou le vocabulaire orienté

Avec le parti des médias politiquement corrects, tout est question de vocabulaire. La majeure partie des journalistes ne s’en aperçoit même pas : ils forment un groupe qui dit la même chose, chaque jour, avec le même vocabulaire et les mêmes peurs. Chez Alba Ventura, la grande peur c’est le mot « droite » incarné par Marion Maréchal.

Elle n’est pas la seule, Alba Ven­tu­ra, à s’effrayer dès que le mot « droite » est pronon­cé. Pour se ras­sur­er cer­tains font même régulière­ment des dîn­ers homards chez tel ou tel homme poli­tique libéral lib­er­taire ten­dance Macron. Mais elle, Alba, ne lâche pas le micro et cela dure. Avec ses obses­sions, lâchées au pub­lic en forme d’éditoriaux de jour­nal­iste alors que ce ne sont rien d’autre que paroles de mil­i­tant. Un bel exem­ple, le 28 juin dernier, quand la droite à la mau­vaise idée de s’incarner en une femme jeune et jolie.

La droite et Marion Maréchal, Alba elle n’aime pas ça

C’est par­ti­c­uli­er la jeune droite, ou bien la jeunesse de la droite, ou mieux la jolie jeunesse fémi­nine de la droite et c’est cela qu’Alba Ven­tu­ra n’aime pas. On l’écoute, on la regarde, on le voit. La jour­nal­iste est dépitée. Jalouse ? Du coup, les mots sont per­fides, d’une méchanceté toute en aigreur rance, comme dans un épisode de Des­per­ate house­wives ou dans une cour de récréa­tion de lycée, ver­ba­tim :

« On dirait bien qu’elle est dev­enue fréquentable. Peut-être parce qu’elle a renon­cé au nom Le Pen… »

« Il sem­ble qu’il y ait une clien­tèle de plus en plus intéressée par la nièce de Marine Le Pen »

« Une clien­tèle de droite à la recherche d’une droite plus dure »

« Cette droite qui s’affiche comme étant tra­di­tion­nelle, catholique, plus focal­isée sur l’immigration, pro­tec­tion­niste, euroscep­tique, eurovig­i­lante… »

« Elle est red­outable » (Calvi : « oui, oui, ah ah ah ah »)

« Il y a une digue qui se fis­sure, des dis­cus­sions et cela c’est nou­veau, elle n’a pas encore cédée mais elle est quand même abîmée par endroits »

Et de penser à la place de….

« Mar­i­on maréchal a bien com­pris que le moment était venu de se met­tre en mou­ve­ment » (c’est sans doute du factuel ?).

« Elle est en train de faire des œil­lades », comme une péri­patéti­ci­enne ?

Chronique orientée

Ques­tion d’Yves Calvi, tout sourire et se pen­sant malin : « ôtez moi un doute, elle roule pour qui Mar­i­on Maréchal ? »

Rare moment d’analyse au cours de ce qui s’apparente plus à un « débat » entre mêmes opin­ions qu’à du jour­nal­isme : « pour ses idées… stratégie d’alliances en arc de cer­cle… de la droite à la droite extrême ». Evidem­ment, comme il y a longtemps qu’elle n’a pas étudié les sci­ences poli­tiques, Alba Ven­tu­ra a oublié ce qu’est l’extrémisme en his­toire des sci­ences poli­tiques et s’évertue à attribuer ce mot à quiconque ne lui con­vient pas à titre per­son­nel.

Mais atten­tion… la psy­cholo­gie de mag­a­zine n’est jamais loin : « Elle roule aus­si pour sa tante, alors ce n’est peut-être pas sa pre­mière inten­tion mais elles ont un intérêt com­mun aujourd’hui. La tante cherche à faire pro­gress­er son par­ti, la nièce à couper le cor­don san­i­taire avec LR… ». Ven­tu­ra ne sem­ble pas s’apercevoir de l’origine de son vocab­u­laire : « san­i­taire », c’est médi­cal. Il s’agit de se pré­mu­nir de mal­adies… Une cer­taine droite qui serait épidémique ? Ou bien des gens ? Comme ces pré­ten­dues ver­mines dont on voulait se pro­téger par divers moyens « san­i­taires » ?

« La nièce apporte des troupes à la tante… elle sert d’agent recru­teur… pour l’instant, il y en a une qui tra­vaille pour l’autre avant de tra­vailler pour elle-même ».

Allo, RTL ? Une ques­tion : à quel moment cette chronique est-elle « poli­tique » ? Au sens jour­nal­is­tique ou intel­lectuel du terme ? Avec Alba Ven­tu­ra, l’auditeur prend chaque jour sa dose de poli­tique­ment cor­rect. Comme d’habitude ?

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.