Accueil | Actualités | Médias | Agnès Saal remplacera Mathieu Gallet à la tête de l’INA
Pub­lié le 22 avril 2014 | Éti­quettes : ,

Agnès Saal remplacera Mathieu Gallet à la tête de l’INA

Mathieu Gallet parti à la tête de Radio France, c'est Agnès Saal qui devrait lui succéder à la présidence de l'Institut national de l'audiovisuel (INA).

Agnès Saal, actuellement directrice général du Centre Pompidou, devra d'abord être intégrée au conseil d'administration de l'INA par décret, puis un autre décret en Conseil des ministres la nommera au poste de présidente. Elle a été choisie parmi une vingtaine de candidats, dont six ou sept ont particulièrement retenus l'attention de la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti.

Réputée d'une « efficacité redoutable », Agnès Saal est une proche de la ministre. « Elle fut très active dans l'animation des réseaux autour de l'ancienne députée de la Moselle et future ministre avant mai 2012. Son nom avait aussi circulé il y a deux ans pour devenir la directrice de cabinet de la ministre, poste qui a finalement échu à Laurence Engel », écrit Le Figaro.

Formée à l'ENA, elle s'était aussitôt dirigée vers le ministère de la culture avant d'être transférée au Conseil d'État en 1990. Elle est ensuite devenue la directrice administrative et financière du CNC, puis a enchaîné les cabinets des ministres successifs de la Culture. En 2007, elle est devenue la numéro deux du Centre Pompidou.

Sa nomination, à 56 ans, à la tête de l'INA n'est plus qu'une question de forme. Elle devrait intervenir avant la fin du mois.

Voir notre infographie de Radio France

Crédit photo : Remi_Mathis via Wikimedia (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This