Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Affaire Duhamel : Frédéric Mion, directeur de Sciences Po, démissionne
Affaire Duhamel : Frédéric Mion, directeur de Sciences Po, démissionne

11 février 2021

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Affaire Duhamel : Frédéric Mion, directeur de Sciences Po, démissionne

Affaire Duhamel : Frédéric Mion, directeur de Sciences Po, démissionne

Affaire Duhamel : Frédéric Mion, directeur de Sciences Po, démissionne

L’onde de choc de l’affaire Duhamel s’élargit, après Élisabeth Guigou, proche des Pisier/Duhamel, qui a dû renoncer à sa mission sur l’inceste (!), c’est Frédéric Mion, intime de Richard Descoings et d’Olivier Duhamel qui jette l’éponge.

La théorie des dominos

À l’époque de la guerre du Viet­nam, Hen­ri Kissinger défendait la théorie des domi­nos : si le Viet­nam deve­nait com­mu­niste, tous les pays de la région tomberaient comme des domi­nos et deviendraient com­mu­nistes. La pré­dic­tion s’est révélée fausse, le Viet­nam étant plus nation­al­iste et antichi­nois que com­mu­niste et les autres pays ayant tenu bon. La théorie s’applique beau­coup mieux à l’affaire Duhamel où les proches de l’ogre tombent, comme des dominos.

Frédéric Mion savait

C’est un secret de polichinelle, Duhamel avait imposé Mion à Sci­ences Po, écar­tant habile­ment les autres can­di­dats. Mion l’avait présen­té à la ren­trée 2020 comme son maître et son ami lors de la leçon inau­gu­rale. Mais Frédéric avait été prévenu dès 2018 des activ­ités passées de son maître dès 2018 par Aurélie Fil­ip­pet­ti, il s’était alors con­tenté d’être ras­suré en s’adressant à l’associé de Duhamel l’avocat de Jean Veil qui avait démen­ti, sans con­tac­ter directe­ment l’intéressé. Il pou­vait dif­fi­cile­ment faire part de sa « stu­peur » quand l’affaire a éclaté. Pire, selon Mar­i­anne il a téléphoné par deux fois à Aurélie Fil­ip­pet­ti pour lui deman­der de ne pas ébruiter leur con­ver­sa­tion de 2018, afin de se couvrir.

Sa posi­tion deve­nait inten­able, dans un com­mu­niqué des­tiné aux enseignants et aux étu­di­ants où il remet sa démis­sion il recon­naît des « erreurs de juge­ment, dans le traite­ment des allé­ga­tions dont j’avais eu com­mu­ni­ca­tion en 2018, ain­si que des inco­hérences dans la manière dont je me suis exprimé sur le déroule­ment de cette affaire après qu’elle a éclaté. Je mesure le trou­ble qui en résulte et j’en assume l’entière responsabilité.»

Voir notre revue de presse sur l’affaire ici.

Voir aussi  France TV : La suppression de la pub a coûté 746 millions

À qui le tour ?

Deux proches de Duhamel se retrou­vent aux pre­mières loges et en posi­tion dif­fi­cile, l’avocat Jean Veil et le haut fonc­tion­naire Marc Guil­laume. Jean Veil a admis qu’il savait (et a donc men­ti à Frédéric Mion venu le con­sul­ter) et se retranche der­rière le secret pro­fes­sion­nel. Or, Olivi­er Duhamel n’était pas son client mais son asso­cié. Le statut de fils de Simone Veil, icône mar­tyre qua­si sanc­ti­fiée, pro­tège pour le moment l’avocat qui risque surtout de per­dre quelques clients pour son cabinet.

Marc Guil­laume était l’alter ego de Duhamel, à Sci­ences Po, au Siè­cle, à la revue Pou­voirs, il a démis­sion­né de ces trois insti­tu­tions et s’est déclaré « trahi » par son ami. Marc Guil­laume, c’est une car­rière plus que pres­tigieuse, secré­taire général du Con­seil con­sti­tu­tion­nel de 2007 à 2015, secré­taire général du gou­verne­ment de 2015 à 2020, préfet d’Ile-de-France depuis la nom­i­na­tion du gou­verne­ment de Jean Castex.

La prochaine marche ? Le Con­seil d’État et sa vice-prési­dence ? Le Con­seil d’Etat est le con­seil juridique du gou­verne­ment et une qua­si Cour de cas­sa­tion pour la jus­tice admin­is­tra­tive, une insti­tu­tion dis­crète et puis­sante. L’occupant actuel Bruno Lasserre sera atteint début 2022 par la lim­ite d’âge. Un poste rêvé de fin de car­rière pour Marc Guil­laume qui s’y voy­ait prédes­tiné. Cer­tains diront : 2022 c’est encore loin et l’affaire comme tant d’autres sera oubliée. Mais les can­di­dats rivaux ne man­quent pas, les crocs en jambe entre amis non plus et nous faisons le pari que Marc Guil­laume ne sera sans doute pas le vice-prési­dent de cette insti­tu­tion. Les domi­nos du petit monde libéral lib­er­taire tombent un à un. À qui le tour ?

Voir aussi  Erik Izraelewicz (Le Monde) nous a quittés

Voir le hors-série excep­tion­nel de Présent sur la gauche pédocrim­inelle.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Thomas Legrand

PORTRAIT — Thomas Legrand débute sa car­rière sur la radio RMC en 1988 comme jour­nal­iste poli­tique avant de rejoin­dre la rédac­tion de RTL en 1993. Il entre au ser­vice Étranger en 1997, avant de devenir grand reporter en 1998.

Audrey Pulvar

PORTRAIT — Audrey Pul­var est née le 21 févri­er 1972 à Fort-de-France (Mar­tinique). Son père, Marc Pul­var, est le fon­da­teur du Mou­ve­ment indépen­dan­tiste mar­tini­quais et secré­taire de la cen­trale syn­di­cale des tra­vailleurs mar­tini­quais (CSTM).

Élie Guckert

Né le 25 sep­tem­bre 1992 à Lax­ou, fils et petit-fils d’ingénieurs, Élie Guck­ert est le reje­ton d’une famille engagée à gauche dans un départe­ment, la Meuse, tra­di­tion­nelle­ment ancré à droite.

Natacha Polony

PORTRAIT — Nat­acha Polony est née le 15 avril 1975. D’origine polon­aise, elle enseigne de 1999 à 2000 dans un lycée d’Epinay-sur-Seine avant d’en démis­sion­ner. Elle n’a pas accep­té les réformes de Jack Lang trans­for­mant « l’enseignement de la lit­téra­ture en une démarche utilitariste ».

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.