Accueil | Actualités | Médias | Affaire Duhamel, nouvelle censure sur Facebook
Pub­lié le 31 août 2019 | Éti­quettes : ,

Affaire Duhamel, nouvelle censure sur Facebook

Résumons : nous publions le 6 juillet 2019 une tribune libre de lecteur sur Alain Duhamel ; le 22 juillet, Facebook supprime tous les partages vers l’article et les rétablit 8 jours plus tard, le tout sans explications. Entretemps le site subit une attaque qui le paralyse pendant 17 heures, sans plus de dommages. Un blogueur d'Agoravox qui avait relayé l’affaire le 1er août est à son tour victime de la censure de Facebook le 24 août et il lui est impossible de partager son article sur le réseau social. Nous reproduisons sa réaction sur Agoravox ci-dessous.

#DuhamelGate : nouvel épisode, la censure d’un article traitant de la censure, par Facebook !

ALERTE CENSURE ! Notre article du 1er août 2019 qui évoquait la censure qui a visé sur Facebook, entre le 22 et le 29 juillet 2019, une tribune libre de l'Observatoire du journalisme (Ojim) consacrée à Alain Duhamel, est à son tour victime de la censure de ce même réseau social, dans des conditions similaires. Face à la multiplication des mesures arbitraires mises en œuvre par Facebook en faveur d'un chroniqueur proche du pouvoir, nous appelons nos lecteurs à assurer la plus large diffusion possible de cet article et des différentes publications qui ont été consacrées à ce #DuhamelGate !

Depuis le 24 août, notre article intitué "Alain Duhamel & Bros : farces, censure et piratage informatique ?", qui totalise plus de 5000 visiteurs uniques, a été purement et simplement déréférencé par Facebook alors qu'il totalisait plus de 700 "like" issus de ce réseau social. Dans les mêmes conditions que ce qui était survenu pour la tribune de l'Ojim auparavant censurée, tous les messages présents sur le réseau social qui comportaient un lien vers cet article ont été discrètement retirés et il est, depuis cette date, impossible de partager cet article sur Facebook ou d'y mettre en ligne un post comportant un lien vers son URL. Facebook reproduit donc à l'identique, contre notre article du 1er août, le mode opératoire mis en oeuvre contre la tribune libre de l'Ojim du 6 septembre 2019, et très bien décrit dans l'émission i-média n°260 de TV Libertés, que nous remettons en ligne avec cet article.

Pendant ce temps, Alain Duhamel, qui redouble d'efficacité à démontrer ses talents de thuriféraire du pouvoir et du macronisme par sa nouvelle participation à l'émission de Ruth Elkrief sur BFM TV, prouve qu'il ne démérite pas des préventions que lui accordent ses puissants protecteurs.

En effet, dans un contexte où la loi Avia n'est pas encore mise en application, cette nouvelle censure confirme l'arrogance des réseaux de pouvoirs quand il s'agit de préserver leurs serviteurs les plus zélés, et les accès privilégiés que leur offre la direction de Facebook France, tenue par le préfet Laurent Solly, pour y exercer l'arbitraire le plus total. Gageons que l'effet Streisand, que nous évoquions dans notre dernier article, ne produira pas le résultat escompté par ces réseaux et que le #DuhamelGate, que renforce cette nouvelle censure, laissera quelques cicatrices significatives sur la réputation d'un chroniqueur qui a visiblement cru que tout lui était permis pour tenter de préserver celle-ci !

Pour un bon effet Streisand, nous encourageons donc tous nos lecteurs à assurer la plus large diffusion possible de cet article et des liens qu'il comporte vers les publications censurées !

Voir aussi : Censure, piratage du site, retour à la normale et enseignements à tirer

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This