Accueil | Actualités | Médias | 2,1 % de TVA pour la presse en ligne
Pub­lié le 7 février 2014 | Éti­quettes : ,

2,1 % de TVA pour la presse en ligne

Edwy Plenel a eu ce qu'il voulait. L'Assemblée nationale a adopté mardi 4 février, à l'unanimité, la proposition de loi socialiste de baisser la TVA de la presse en ligne au taux de 2,1 %.

Ce taux, dit « super-réduit », est désormais le même que celui appliqué à la presse papier. Jusqu'à présent, la presse en ligne – c'est-à-dire les médias professionnels sur internet non-adossés, lors de leur création, à un autre média – était soumise à une TVA de 20 %. Avec cette loi, la France se met cependant en contradiction avec la législation européenne.

Si, au fond, cette mise à niveau est une bonne chose pour la presse émergente sur internet, la question aujourd'hui est de savoir si Médiapart – ainsi que les autres sites qui s'étaient déjà appliqués illégalement ce taux par avance – va être réellement soumis au redressement fiscal qui a été lancé contre lui.

Le site d'Edwy Plenel doit en effet plus d'un million d’euros au fisc pour la période 2008-2010 et pourrait devoir jusqu'à six millions d'euros, une fois les exercices 2011 à 2013 ajoutés. Mais nul doute que les socialistes, après avoir fait sauter la dette du journal

L'Humanité, permettront à nouveau une justice à deux vitesses. Cela est d'ailleurs déjà en cours : les députés ont demandé la semaine dernière au gouvernement d’effacer le redressement fiscal de Médiapart

Lire notre portrait d’Edwy Plenel

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This