Viols de Cologne : la désinformation continue
Un journal allemand d’extrême-gauche souhaite la disparition de l’Allemagne

Un journal allemand d’extrême-gauche souhaite la disparition de l’Allemagne

Télécharger en PDF

Suite à des incidents « xénophobes » en Saxe, un article du TAZ ne voit plus qu’une solution : la dissolution de l’Allemagne, « un pays dont plus personne n’a besoin en ce bas monde ».

Le TAZ (Tageszeitung = Quotidien) est un journal d’extrême-gauche fondé en 1979 sur le modèle de Libération. À la différence que c’est une coopérative indépendante appartenant à quelques milliers d’actionnaires et jouissant, grâce à son tirage à 60 000 exemplaires, d’un bon équilibre financier. Philip Meinhold est quant à lui un écrivain d’extrême-gauche né à Berlin-Ouest en 1971. L’incident de Clausnitz a donné à ce dernier l’occasion de fournir, dans un article publié il y a quelques jours, son appréciation de la situation de l’Allemagne et de son avenir.

Clausnitz, un petit village saxon de moins de 2 000 habitants au sud de Dresde, à quelques kilomètres de la frontière tchèque, n’avait jusqu’ici guère défrayé la chronique depuis sa fondation dans le cadre des défrichages de la Germania Slavica au 12ème siècle. C’est désormais chose faite depuis le 18 février 2016. Ce jour-là en effet, un bus rempli de migrants « répartis » dans un foyer créé ad hoc en ce lieu perdu a été bloqué par une foule de mécontents qui ont empêché pendant 2 heures les intrus de sortir de leur véhicule pour rejoindre leur hébergement, proclamant « Wir sind das Volk » (Le peuple, c’est nous) et « Ausländer ’raus » (Les étrangers dehors). La police fédérale a dû intervenir pour les dégager.

Cet incident filmé et diffusé entre autres sur YouTube a déclenché une vague d’indignations dans les médias, les réseaux sociaux et les milieux politiques autorisés. Mais un article signé Philip Meinhold paru dans le TAZ à cette occasion illustre parfaitement le gouffre qui se creuse progressivement entre l’ouest et l’est de l’Allemagne à la lumière de l’invasion migratoire.

Sous le titre « Débarrassons-nous de ce peuple de crétins ! », Meinhold tire les conclusions suivantes de la crise : « Nul dans le monde n’a besoin de ce pays ». Il lance donc « un manifeste en faveur de l’éradication de l’Allemagne » très raisonnablement argumenté ainsi : les Allemands seraient en effet un « peuple de dépravés moraux » et « de petits bourgeois et d’indics » « dévoré par l’envie et la bassesse » cherchant à « compenser leurs complexes d’infériorité par des rêves de grandeur nationale ». Un pays qui sur la carte de l’Europe est « comme si quelqu’un avait vomi en son milieu, une longue flaque puante ». Un « peuple sans humour » « qui confond le sens du rythme avec la marche au pas » et dont « le quotient intellectuel ne dépasse pas celui d’une soupe aux petits pois », ce qui explique son penchant pour les émissions de télévision débiles.

Les vertus allemandes ? L’assiduité, la fidélité, la discipline et la propreté, la ponctualité, l’obéissance aveugle et le sens de l’ordre ? Des qualités tout juste bonnes « à exploiter un camp de concentration », d’ailleurs « la seule activité ayant vraiment, comme on le sait, procuré de la satisfaction et suscité de la passion chez les Allemands ». On n’aura rarement vu une telle haine de soi à l’œuvre…

Devant ce constat tout en mesure, les conclusions très sensées de Meinhold coulent de source : « On ne peut que se demander pourquoi la mesure de dénazification appliquée à Dresde en février 1945 par les alliés (anéantissement de la ville par un bombardement incendiaire ayant fait plus de 20 000 victimes, NDLR) n’a pas été étendue à tout le pays » !

Ce texte inouï aurait évidemment valu à son auteur une comparution immédiate pour « publication de propos diffamatoires ou insultants, qui inciterait à la discrimination, à la haine, ou à la violence contre une personne ou un groupe de personnes en raison de leur lieu d’origine, de leur ethnie ou absence d’ethnie, de la nationalité ou d’une religion spécifique » s’il n’avait pas concerné les Allemands, c’est-à-dire un peuple européen, ici grossièrement caricaturé et stigmatisé dans des amalgames d’une incroyable outrance. La règle jurisprudentielle claire voulant que les lois dites « antiracistes » s’appliquent… de façon systématiquement arbitraire et discriminatoire en fonction de l’origine ethnique, raciale, religieuse, politique des groupes visés. C’est-à-dire en violant grossièrement les notions d’égalité de tous devant la loi voulus par les principes démocratique… et ceux énoncés dans le droit antiraciste que l’on est censé appliquer.

Le fort clivage qui oppose l’ouest et l’est de l’Europe par rapport à la crise des migrants, coupe le pays en deux entre ex-Allemagne de l’ouest et ex-Allemagne de l’est. Pegida et l’opposition à l’implantation des migrants sont beaucoup plus fortes et/ou beaucoup plus décomplexées à l’est qu’à l’ouest.

Philip Meinhold, certes né plus tard, est resté dans l’état d’esprit des gauchistes allemands de 1968, qui furent à l’origine de la Fraction Armée Rouge et de la bande à Baader. Ces petits-fils de bourgeois, usufruitiers du miracle économique, du plein emploi, d’un niveau de vie appréciable, d’une liberté enviable et des acquis démocratiques de la loi fondamentale allemande – la Grundgesetz, ne rêvaient alors que d’une chose : balayer l’enfer de la RFA pour le remplacer par le paradis soviétique. Les Allemands de l’est, qui vivaient à cette même époque très concrètement ce fameux paradis, n’ont évidemment pas vraiment les mêmes souvenirs. Et cela explique qu’ils sont nettement moins prêts que leurs compatriotes de l’ouest à brader la liberté si récemment acquise au nom des slogans du « multiculturalisme ». D’autant que les discours de propagande irénique qui accompagnent ce nouveau « monde meilleur » leur rappellent furieusement ceux qu’ils ont entendus pendant quarante ans de RDA…

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer ! Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication.
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait.
En donnant 200 euros vous financez un dossier.
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.
Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook