Syrie : les journalistes paient le prix fort

Campagne Rsf

Syrie : les journalistes paient le prix fort

Télécharger en PDF

Le 11 janvier 2012, la mort à Homs de Gilles Jacquier, grand reporter pour France 2 et premier journaliste occidental tué en Syrie, avait suscité des condamnations unanimes à l’encontre du régime de Damas, jusqu’au moment où on a découvert qu’il avait été tué par un tir d’obus des rebelles.

La situation s’est aggravée récemment, avec la mort de sept journalistes, professionnels ou « journalistes-citoyens », en une semaine, ce qui porte le nombre de victimes à quinze journalistes et 41 « journalistes-citoyens » depuis le début du conflit.

On découvre que le régime syrien n’est pas le seul responsable de ces morts, loin s’en faut :

Le 16 novembre, Mustafa Kerman, « militant de l’information » à Alep, a été mortellement blessé dans le bombardement d’un quartier d’Alep tenu par les rebelles.

L’association des journalistes syriens (SJA) indique qu’Abdullah Hassan Kaake, « militant de l’information », a été tué sous la torture par les services de renseignements militaires à Alep, le 17 novembre 2012. Deux de ses frères ont également perdu la vie depuis le début du soulèvement.

Le lendemain, 18 novembre, Mohammed Al-Khalid, « journaliste-citoyen » originaire de Homs, a été exécuté par un bataillon de l’Armée Syrienne Libre à Alep.

Le 19 novembre, Mohammad Al-Zaher, « journaliste-citoyen », a été tué dans un bombardement d’une banlieue de Damas.

Le même jour, Abed Khalil, Président du Conseil municipal kurde de la ville, journaliste de profession, avait été tué par un sniper de l’Armée Syrienne Libre à Ras Al-Ain .

Par ailleurs, la Syrian Journalistic Association (SJA) indique que le « journaliste-citoyen » Hozan Abdel Halim Mahmoud a été tué le 20 novembre 2012 dans la même ville de Ras Al-Ain, par les forces de sécurité kurdes du Parti de l’Union Démocratique (PYD).

Dernièrement, l’agence de presse officielle Sana nous apprend quun journaliste de la télévision d’Etat syrienne, Bassel Tawfiq Youssef, a été tué par des rebelles le 21 novembre 2012, au sud de Damas, information confirmée par l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Source : RSF

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook