Racisme anti-Français : Minute dévoile un scandale

Racisme anti-Français : Minute dévoile un scandale

Racisme anti-Français : Minute dévoile un scandale

Télécharger en PDF

Dans un article consacré au « racisme anti-Français », l’hebdomadaire Minute révèle qu’« une jeune femme travaillant pour un grand hebdomadaire national » aurait été licenciée pour avoir témoigné du racisme dont elle était victime dans une vidéo. Une affaire dont aucun autre média ne s’est fait l’écho.

Début décembre, le Front National Jeunesse (FNJ) lance une campagne de sensibilisation visant à dénoncer le « racisme anti-Français ». La campagne comporte deux volets : une affiche et trois vidéos publiées sur le site du FNJ. L’affiche montre une jeune femme, le visage peint aux couleurs nationales, en train de crier, avec ce slogan : « Assez de racisme anti-Français. On est chez nous ! ». Les vidéos sont des témoignages à visage caché de deux jeunes filles et d’un garçon victimes de ce racisme.

Selon Minute, l’une de ces trois vidéos, celle de Charlotte, aurait été retirée du site car des confrères de la jeune femme travaillant « pour un grand hebdomadaire national » auraient reconnu sa voix. « Dénoncée par ses collègues, elle a été convoquée par ses employeurs qui ont très vite mis les points sur les « i », lui intimant notamment l’ordre de retirer son témoignage ». N’étant pas employée en CDI, la jeune femme serait ainsi sur le départ.

« Imagine-t-on le scandale si un salarié précaire, d’origine immigrée, subissait des pressions de son employeur et la vindicte de ses confrères, simplement pour avoir osé raconter sa souffrance dans le cadre d’une campagne antiraciste ? » se demande l’hebdomadaire.

Au-delà de ce cas qui révèle un « deux poids deux mesures » gênant, le « la » en la matière semble avoir été définitivement donné par Le Monde du 1er octobre 2012, dans lequel on pouvait lire : « Certes, nier certaines « réalités » nourrit le sentiment de ne pas être entendu et fait le jeu du FN, mais en « parler » légitime tout autant les problématiques posées par l’extrême droite ».

Nier, c’est faire le jeu de l’extrême-droite. En parler, c’est également faire le jeu de l’extrême-droite. Qu’est-ce qu’on fait alors ?

La solution serait peut-être que les journalistes cessent de conditionner la recherche de la vérité à ses conséquences politiques éventuelles. En bref, qu’ils fassent leur boulot.

Source : Minute 2594, 19 décembre 2012. Crédit photo : capture d’écran fnjeunesse.fr

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook