Pierre Ménès

Pierre Ménès

Télécharger en PDF

Pierre Ménès,
dit Pierrot le foot

« Je dois être un gros con de droite ! »

Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un journaliste sportif français. Il est marié, a deux enfants. Caractéristiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Parcours professionnel

Une solide formation

Après s’être amusé au Club Méditerranée, où il fut Gentil Organisateur, Pierre Ménès entre en 1983 comme pigiste à l’hebdomadaire France-Football, la bible des footeux, puis l’année suivante il rejoint la rédaction du quotidien sportif L’Équipe (deux publications du groupe Amaury). Il y restera jusqu’en 2004. Apparemment, il y a laissé un excellent souvenir. « Je me suis pissé dessus pendant les vingt ans que j’ai passés assis dans le même bureau », témoignera son collègue Jean-Philippe Cointot.

Dans la lucarne

Plume reconnue, Pierre Ménès va également se faire entendre, à la radio et à la télé, où ses coups de gueule font recette. En 1999, il devient consultant sur L’Équipe TV dans « Enfin du foot » de Didier Roustan, pendant quatre années. Dans le même temps, il participe au « Match du lundi » (diffusé sur Pathé Sport et Europe 1), puis « On refait le match » (sur LCI et RTL), deux émissions présentées par le légendaire Eugène Saccomano.

Mais c’est en septembre 2005 que sa carrière audiovisuelle prend une nouvelle dimension. Il rejoint M6 pour animer le magazine « 100 % Foot », diffusé le dimanche soir à minuit, et présenté par Estelle Denis. Cette dernière est la compagne de Raymond Domenech, alors sélectionneur de l’équipe de France. Ce qui n’empêche pas Pierre Ménès de « tailler » certains joueurs français, particulièrement Florent Malouda, dont il fait sa tête de turc. Lors de la coupe du monde 2006 et lors de l’Euro 2008, Pierre Ménès animera quotidiennement l’émission.

Le poids lourd de Canal+

En août 2009, c’est le transfert de l’été, il rejoint Canal, la chaîne du football. Salaire annoncé : 160 000 euros par an. Parallèlement il est chroniqueur sur RTL et tient un blog, « Pierrot le foot », sur Yahoo. En février 2010, Pierre Ménès déclare à l’hebdomadaire VSD la totalité de ses revenus : « Je n’ai jamais autant bossé de ma vie ! Entre RTL, Canal+ Plus, mon blog… A côté, quand j’étais à l’Équipe, c’était des vacances… Je gagne environ 250.000 euros par an. »

Depuis, Ménès a quitté RTL et Yahoo. Il est en exclusivité sur Canal+, où il est devenu incontournable. Tous les dimanches, à 19h10, il est l’attraction du « Canal Football Club », émission présentée par Hervé Mathou. Il est également chroniqueur sur le plateau des « Spécialistes » et des « Spécimens », deux hebdomadaires diffusés sur « Canal Sport ». Et c’est désormais pour Canal qu’il tient son blog.

Polémique avec les Guignols

Il est également entré aux « Guignols de l’Info », où sa marionnette est associée à celle d’Hervé Mathou. Dans cette émission satirique de Canal+, il est caricaturé comme un gros beauf, qui prend Mathou pour un chat. En novembre 2010, sur le site « 10 Sport » Lionel Dutemple, un des auteurs des Guignols, n’a pas caché le peu d’estime qu’il avait pour le personnage : « Canal+ a toujours traité le football avec classe… jusqu’à l’arrivée de Pierre Ménès ! Il a beaufisé l’antenne à un point ! Il ne me fait pas rire du tout, ses blagues sont d’une lourdeur. Au café du coin, les mecs sont plus drôles que Pierre Ménès ».

Une attaque que Pierre Ménès a eu du mal à digérer : « Maintenant dans “beauf”, il y a tout de suite “gros” devant, tu sais. Ce n’est ni plus ni moins que du pur racisme. Mais ce qui me sidère, c’est que la flèche la plus acérée vienne de l’intérieur. En même temps, je ne suis pas surpris, je savais que ça viendrait. De toute façon tu t’aperçois que plus ça marche, plus j’ai de succès et plus je me fais critiquer. »

Polémique avec Ruquier et sa bande

Tout est parti d’une vanne de Laurent Ruquier, lançant que, vu leurs poids, il ne fallait jamais prendre un ascenseur avec Guy Carlier et Pierre Ménès. Ce dernier n’a guère goûté la plaisanterie. Et multiplie les vengeances.

Octobre 2011, sur Twitter : « Quand on fait un sketch sur les homos, Ruquier trouve ça homophobe ou con. Et quand il vanne les gros, il est mort de rire. Pauvre mec. »

Octobre 2012, sur D8, lors de l’émission « Touche pas à mon poste » : « Pour moi Laurent Ruquier est un minable. »

Christophe Beaugrand, membre de la bande à Ruquier (dans l’émission « On va s’gêner » sur Europe 1 a remis de l’huile sur le feu, avec son « Dictionnaire malhonnête de la télévision » (publié en novembre 2011), dans lequel il brosse ce portrait de Pierre Ménès : « Journaliste qui n’a de sportif que l’appellation, né le 29 juin 1963 à Paris, et qui a visiblement beaucoup regardé le foot à la télé en mangeant des chips. ». Réaction de Pierre Ménès : « Venant d’une petite merde, je n’en ai rien à foutre. Pour être touché, il faut que l’attaque vienne de quelqu’un pour qui tu as du respect, de l’admiration ou de l’estime, mais il n’y a rien pour ce type-là. » Ambiance…

Homme à tout faire

En 2007, Pierre Ménès participe sur France 3 à l’émission de Marc-Olivier Fogiel, « T’empêches tout le monde de dormir », et en 2010, il est chroniqueur dans l’émission de Bruce Toussaint, sur Canal+, « Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ». Pierre Ménès est également l’ambassadeur de « unibet.com », site de paris sportifs et de poker.

Son seul échec

Journaliste sportif, Pierre Ménès a tenté de mettre les pieds sur le terrain, non comme joueur, mais en tant que dirigeant. En juin 2004, il rencontre Jean-Pierre Caillot, alors président du prestigieux Stade de Reims. Ménès est recruté comme conseiller en communication. Toutefois l’expérience tourne court. Il est limogé par le club au printemps 2005. Commentaire de Pierre Ménès : « Caillot ment comme un arracheur de dents et ne connaît rien au foot. »

Son ambition

Aussi incroyable que cela puisse paraître, après 30 ans de carrière, Pierre Ménès n’avait jamais commenté un match de foot en direct ! Depuis le 29 décembre 2012, c’est chose faite, lors de la rencontre anglaise de Premier League opposant Arsenal à Newcastle, sur Canal+. Une expérience qui pourrait être renouvelée. Pierre Ménès aimerait devenir la voix du football français. Le nouveau Thierry Roland.

Cabot

Ami avec les réalisateurs Djamel Bensalah et Fabien Onteniente, Pierre Ménès s’est autorisé plusieurs apparitions au cinéma, en « guest star ».

2002 : 3 zéros, de Fabien Onteniente

2005 : Il était une fois dans l’Oued, de Djamel Bensalah

2007 : Big City, de Djamel Bensalah

2008 : Disco, de Fabien Onteniente

2009 : Neuilly sa mère !, de Gabriel Julien-Laferrière

2011 : Beur sur la ville, de Djamel Bensalah

2011 : Les Tuche, d’Olivier Baroux

Bibliographie

Pierre Ménès ne dit pas que des vacheries sur le milieu du foot, il en écrit aussi.

  • Ce soir on la met au fond, dictionnaire absurde du football, éditions Prolongations, 2007
  • Livre d’or du football 2008, éditions Solar, 2008
  • Le Pierrot top foot, éditions du Rocher, 2010
  • Carton rouge pour les Bleus, éditions du Rocher, 2010
  • Mon année foot 2010-2011, éditions du Rocher, 2011

Il l’a dit

Au sujet de la polémique Dieudonné

Quoi qu’ait pu dire et quoi qu’ait pu faire Dieudonné, Pierre Ménès pense que l’humoriste est le plus doué de sa génération : « Pour moi le comique le plus drôle c’est Dieudonné. Malheureusement, quand il a fait “Astérix et Cléopâtre”, Chabat l’a fait tourner en “Dark Vador”, et je crois qu’il a gardé la tenue pour passer du côté obscur de la force. Mais ça reste le plus drôle. » C’était le 18 novembre 2010, dans l’émission « Touche pas à mon poste » », alors diffusée sur France 4.

Ce qu’il pense de l’imposition à 75%

« Je dois être un gros con de droite, mais j’ai du mal à comprendre qu’on puisse prendre trois jours sur quatre de travail à quelqu’un, même au-delà d’une certaine somme. En France, on ne doit stigmatiser personne mais pour les riches, c’est autorisé. Le riche n’est pas forcément un salaud de riche. Il y a des salauds de pauvres aussi ! », Bakchich, 29 mars 2012.

Pourquoi il a voté Sarkozy

« Malheureusement, il n’y a pas de personnalité politique qui incarne vraiment ce que je pense profondément, alors je vais voter pour ce qui me va le moins mal. Quand t’as froid, tu mets un truc qui te tient chaud, pas un truc joli », Bakchich, ibid.

On a dit de lui…

Florent Malouda, joueur de Chelsea et de l’équipe de France, tête de turc de Pierre Ménès :

« Il s’est fait une notoriété en m’insultant. Je n’ai pas voulu répondre car on n’appartient pas au même monde (…) Il essaye de se faire mousser en taillant des joueurs (…) Autour de moi, beaucoup de gens ont mal pris ces attaques. Il n’y a pas de relation possible entre lui et moi. Les insultes, je ne supporte pas. En tout cas, j’aurais aimé qu’on vienne me dire en face qu’on ne m’aime pas. Devant les caméras c’est facile de faire rigoler les gens. », L’Équipe Magazine, 5 juin 2010.

Crédit photo : Xavoun via Wikimedia (cc)