Élisabeth Quin
Télécharger en PDF

Dernière modification le 17/07/2015

Élisabeth Quin,
entre élitisme et conformisme

Son sourire malicieux, sa chevelure poivre et sel et son regard perçant légèrement asiatique hantent les plateaux de télévision depuis près de 20 ans. À mille lieues des standards conventionnels de la présentatrice télé, «La Quin », comme on l’appelle sur Paris Première, s’est imposée dans le PAF sur le créneau de l’élitisme intellectuel et de l’exigence culturelle. Un positionnement que ses détracteurs jugent souvent « snob » et « prétentieux » mais qui lui assure une indéniable spécificité dans un contexte professionnel où triomphent le « trash » et la téléréalité. Une spécificité qui, cependant, peine à dépasser le cadre bien pensant délimité par « Libération » et les « Cahiers du cinéma ».

Parcours professionnel

Élisabeth Quin, née en mars 1963 à Paris, débute sa carrière sur Ça bouge dans ma tête, une radio FM associative créée par SOS Racisme en 1986 et qui deviendra Oui FM. Élisabeth Quin rejoint ensuite Radio Nova où elle prend en charge l’ouverture d’antenne le matin. On la retrouve ensuite sur RTL où elle peut exprimer sa passion pour le cinéma au travers d’une émission de critique de films. Le 7ème art deviendra dès lors le fil rouge de sa carrière journalistique.

Multicartes et boulimique de travail, elle participe à deux émissions cinématographiques et culturelles proposées par le service public, « Rappetout » sur France 3, et « Comme au cinéma » sur France 2. Forte de cette expérience, elle est embauchée par la chaîne Paris Première au sein de laquelle elle participe aux émissions « Rive Droite/Rive Gauche », animée par Thierry Ardisson, « Courts particuliers », « Ça balance à Paris » et « CinéQuin », devenant ainsi une des figures phares de la chaîne. Parallèlement, elle est éditorialiste mode à Madame Figaro et publie plusieurs ouvrages. De manière plus anecdotique, elle participe à divers projets cinématographiques.

Elle présente actuellement, depuis janvier 2012, du lundi au vendredi à 20h05 sur Arte, l’émission de commentaires de l’actualité « 28 minutes », qui prétend apporter un « éclairage original et iconoclaste» sur les questions politiques, économiques et sociales. Une profession de foi qui pourra laisser sceptiques nombre de spectateurs tant l’angle d’analyse, s’il est parfois plus approfondi que sur les autres chaînes, reste étroitement « politiquement correct », ne relayant quasi-exclusivement que les points de vue de la gauche sociétale. En septembre 2013, l’émission, dont les audiences augmentent (environ 300 000 téléspectateurs chaque soir) malgré un horaire très concurrentiel , voit sa formule remaniée, gagnant 12 minutes d’antenne et traitant davantage de sujets avec des chroniqueurs permanents et moins d’interventions d’experts et de scientifiques.

Parcours militant

Élisabeth Quin est très engagée dans le militantisme pro-gay et lesbien. Elle a notamment été, en 2011, présidente du jury de la Queer palm, « le prix lgbt, queer et décalé du festival de cannes ». La Queer Palm réunit un jury de journalistes et d’organisateurs de festivals de cinéma LGBT qui récompense un film pour ses qualités artistiques et son traitement des questions gay, lesbienne, bi ou trans ou son traitement décalé des « questions de genre ». En 2011 Élisabeth Quin était entourée de Marie Colmant (Canal+) et de Gérard Lefort (Libération), des journalistes Thomas Abeltshauser (Männer, Winq, Vanity Fair, Die Welt) et Roberto Schinardi (Pride, Gay.it, Il Manifesto) ainsi que des organisateurs de festivals Fred Arends (Festival Pink Screens/Bruxelles) et Esther Cuénot (Festival Cinémarges/Bordeaux).

Ses sympathies et engagements marqués à gauche ne l’empêchent pas d’être nommée, en 2009 chargée de mission pour les industries de haute couture et du prêt-à-porter par Christian Estrosi, alors ministre de l’Industrie de Nicolas Sarkozy.

En 2013, à l’occasion du débat sur le « mariage pour tous », le député de la Drôme, Hervé Mariton, farouche opposant au projet de loi a saisi le CSA contre Elizabeth Quin, estimant avoir été attiré dans un véritable « guet-apens » lors d’une édition de l’émission « 28 minutes ».

Vie privée

Enfant adoptée, elle a adopté à son tour une petite cambodgienne (qui porte le prénom de Thavery auquel elle a ajouté un prénom irlandais, Oona, « prénom de la petite-fille d’André Breton et de la dernière femme de Charlie Chaplin ») et consacré un livre à l’adoption Tu n’es pas la fille de ta mère, paru chez Grasset en 2004. Selon un article de Libération, « elle dit que son motif n’était ni la stérilité, ni la hantise des relations hétérosexuelles, ni une conviction idéologique, ni le désir d’élever un enfant toute seule, ni même finalement, un dégoût de la grossesse. À sa grande surprise, sa volonté « de ne pas [se] reproduire » lui attire des insultes, « surtout de la part des hommes, précise-t-elle, comme si je les privais personnellement de quelque chose en me privant de cette expérience ». Elle s’est demandé si elle était un « monstre » : « Au Cambodge, des enfants de 5 ans mendient, avec un nourrisson accroché à leurs bras. Est-ce que c’est une atrocité de préférer qu’ils soient éduqués ? » »

Elle a été mariée avec le scénariste et réalisateur Laurent Chouchan.

Sa nébuleuse

Renaud Dély, Nadia Daam, Julian Gomez. Vincent Meslet.

Publications et filmographie

Romans et ouvrages
  • La Peau dure, Grasset, 2002.
  • Tu n’es pas la fille de ta mère, Grasset, 2004.
  • Pierre dans le loup (avec Thomas Perino), Seuil jeunesse, 2006.
  • Bel de nuit, Gerald Nanty (coécrit avec Gerald Nanty), Grasset, 2007 (biographie du « prince de la nuit parisienne » Gerald Nanty mort en 2010).
  • Cannes. Ils & elles ont fait le festival (avec Noël Simsolo), Cahiers du cinéma, 2007.
  • Préface à 501 réalisateurs, sous la direction de Steven Jay Schneider, Omnibus, 2009.
  • Dreams are my Reality, catalogue d’exposition, collectif, Fondation Atelier de Sèvres, 2005.
  • Le Livre des vanités (avec Isabelle d’Hauteville et Olivier Canaveso), éditions Regard, 2008.
  • Karl Lagerfeld, parcours de travail, catalogue d’exposition, collectif, Maison européenne de la photographie, 2010.
  • C’est la vie ! Vanités de Pompéi à Damien Hirst, collectif, Flammarion, 2010.
Cinéma
  • Fais-Moi rêver (2002) de Jacky Katu
  • Elle critique tout (2004) d’Alain Riou
  • Tous les hommes sont des romans (2007) d’Alain Riou et Renan Pollès
  • Ça se soigne ? (2008) de Laurent Chouchan

Ils ont dit

« On voulait quelqu’un de légitime, pas encore marqué par une chaîne de télé, le « mouton à cinq pattes » en quelque sorte. Son nom a fait l’unanimité », Vincent Meslet, directeur éditorial d’Arte France à propos du choix d’Élisabeth Quin pour présenter l’émission « 28 minutes ».

« De toute évidence, 28 minutes se cherche. Trouvera-t-elle son équilibre ou continuera-t-elle d’osciller entre des éditions convaincantes et d’autres qui le seront moins ? Dans tous les cas, elle fait déjà entendre une petite musique agréable et pas si fréquente sur les plateaux télé : celle de la collision bienveillante des savoirs, des cultures et des opinions », Sophie Bourdais, Télérama, 17 janvier 2012.

« Femme aux tenues vestimentaires souvent improbables, cheveux plus sel que poivre, regard en coin asiatique, Élisabeth Quin réunit à elle seule tant de qualités qu’on pourrait s’étonner, qu’aucune chaîne jusque là (vingt ans de télévision tout de même!) ne lui ai offert une émission. Sans doute n’avait-elle pas le look assez glamour pour les patrons de la Une, la Deux, la Trois, Canal+ ou M6 », Sandrine Cohen, Huffington Post, 31 octobre 2013.

Elle a dit

« L’adoption, ce n’est pas trouver un orphelin pour combler un désir d’enfant, c’est trouver une famille à un enfant », Tu n’es pas la fille de ta mère, Éditions Grasset.

« C’est formidable « Le Grand journal », c’est une sorte de grand barnum où ce qui compte, au final, ce n’est pas la parole, ce n’est pas ce que vont dire les gens, ce qui compte c’est la gueule de la fille qui vient d’Hollywood, ce que porte machin, la vanne plus ou moins réussi que va faire Macenet, c’est formidable mais c’est le show… », Mediasphère, 12 janvier 2012

« Les émissions ont peur du vide et du sérieux. C’est grotesque mais symptomatique de ce qu’on vit dans cette société. Je crois que les gens n’ont pas besoin qu’on leur balance de l’information systématiquement agrémentée de comique avec cotillons ou blagues grasses en plateau, « l’infotainment » comme on dit », Le Monde, 5 décembre 2012.

« Qu’est-ce qui vous arrive ? Est-ce que les ventes s’effondrent à ce point-là pour que vous en arriviez à faire des Unes un peu misogynes ? Vous ne trouvez pas que vous réactivez des clichés et des stéréotypes sur la femme harpie qui empoisonne l’homme ? », à Christophe Barbier à propos de la une de L’Express sur « Hollande, ces femmes qui lui gâchent la vie ».

« La télé n’est pas un lieu de décryptage savant, contrairement à la presse. Il faut que ce soit rapide, sensuel dans la forme, et ça doit inventer un langage qui n’est pas celui de la glose » Paris Match, 10 janvier 2014

« Quand on reçoit des pisse-froid, des emmerdeurs, des gens de mauvaise foi, il faut de l’impertinence, voire de l’irrévérence. «28 minutes» est arrivé à point nommé, parce qu’il n’était plus possible à la télé de parler cinéma – ma spécialité – sans tomber dans la promo », Paris Match, 10 janvier 2014

« Je ne consomme pas la télévision sur un plan personnel. J’ai le minimum de chaînes à disposition. Ça ne m’intéresse pas du tout. […] Parce que la vie est ailleurs. Entre les livres que je lis, les pièces de théâtre ou les expos que je vais voir, ma fille que j’élève, le cinéma que je continue à suivre, et la vie, aimer, vivre, manger, jouir, voyager, la télévision est réduite à la portion congrue. » Toutelatélé, 21 mai 2014.

Crédit photo : arte.tv (DR)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.