Oskar Freysinger : le contre-reportage qui discrédite Canal+

Télécharger en PDF

Le 23 février 2014, dans l’émission « Le Supplément », Canal+ diffusait un reportage consacré à Oskar Freysinger.

Un contre-reportage dévoile aujourd’hui la manière de procéder de la chaine cryptée, manière que l’Ojim avait déjà épinglée en septembre dernier à l’occasion d’un reportage sur les Roms dans l’Ouest de la France. Intitulé « ce que Canal++ n’a pas retenu de sa visite en Suisse », on y découvre que les journalistes de Canal++, non contents de qualifier Oskar Freysinger de ministre fédéral (il est conseiller d’État du Valais), ont bâti un reportage pour le moins partial… Ainsi un entretien réalisé avec le chef de la police cantonal est tout bonnement passé à la trappe au montage. Il est vrai que celui-ci y parlait des nouvelles formes de la criminalité itinérante que subit la Suisse, et du poids des délinquants étrangers dans celle-ci…

Les spectateurs français n’auront pas eu la chance non plus de voir le chef de service du système pénitentiaire du Valais, lui aussi coupé au montage pour avoir dit une vérité que Canal++ ne veut manifestement pas entendre, en l’occurrence que trois détenus sur quatre dans sa prison étaient des étrangers… « Je pense que la vérité gêne », commente ce dernier laconiquement… Au final, si c’est la réalité suisse que voulait montrer Canal++ ou si c’est une explication au référendum du 9 février qu’elle recherchait dans le Valais, on peut dire que son reportage est raté. Mais s’il s’agissait simplement de salir Oskar Freysinger, alors c’est en effet réussi. Demeure une question fondamentale posée par le contre-reportage : « En quoi consiste le travail des journalistes ? Diffuser des opinions ou exposer des faits ? »

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook