Méluche et L’Express

Méluche et L'Express

Méluche et L’Express

Télécharger en PDF

Jean-Luc Mélenchon et les journalistes, ce n’est pas vraiment (du moins, officiellement) une histoire d’amour. L’Express en a fait les frais récemment.

En effet, le chef de file du Front de Gauche a refusé de déjeuner avec un journaliste de L’Express, le 14 juin dernier. Selon Le Lab, « les autres journalistes invités ont, du coup, « par solidarité », annulé leur déjeuner ».

Pour L’Express, la décision est d’autant plus incompréhensible que « Mélenchon avait de bonnes raisons d’en vouloir à notre confrère Benjamin Sportouch… puisqu’il ne le connaît pas, ne l’a pas rencontré une seule fois et que ce dernier n’a jamais écrit sur l’ancien candidat à l’Élysée ».

Il est vrai que le contentieux entre Mélenchon et L’Express n’est pas nouveau. En janvier 2011, l’homme politique n’avait pas apprécié un dessin de Plantu, paru dans l’hebdomadaire, l’associant à Marine Le Pen. Un an plus tard, durant sa campagne législative, le même Mélenchon avait qualifié l’Express de « journal fasciste » et son journaliste Tugdual Denis de « sale petit espion », l’accusant d’être « lié personnellement à l’extrême droite ». Mélenchon avait d’ailleurs confirmé ses propos dans un billet sur son blog, qualifiant L’Express et Le Parisien de « journaux proches du Front national du fait de leurs lecteurs ».

Et dans la bouche de Mélenchon, on est prié de croire que ce n’est pas un compliment !

Source : L’Express – crédit photo : azety via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook