Planète : recherche racistes (blancs) désespérément…
Le Journal de Vitré supprime les commentaires hostiles aux migrants

Le Journal de Vitré supprime les commentaires hostiles aux migrants

Télécharger en PDF

C’est la panique dans les médias locaux. Après France 3 Midi-Pyrénées signalant à ses lecteurs que leurs commentaires sont « insupportables », c’est au tour d’un petit quotidien local de se plier à la triste mode de la censure.

Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, mais il est évocateur. Jeudi 3 novembre, le Journal de Vitré publiait sur sa page Facebook un article relatant l’arrivée de 10 clandestins dans cette petite commune d’Ille-et-Vilaine. « Un groupe de dix mineurs isolés s’est installé dans la nuit du mercredi 2 au jeudi 3 novembre 2016 au Foyer des jeunes travailleurs (FJT) de Vitré. Ces migrants arrivent de Calais », pouvait-on lire dans un article factuel. S’attendant à un déluge de protestations, de plus en plus courant, le quotidien avait pris soin d’inviter d’emblée ses lecteurs à « lire la charte de modération avant de commenter ».

Migrants.
Dix mineurs accueillis au FJT de Vitré. Merci de lire notre charte de modération avant de commenter : http://www.lejournaldevitre.fr/charte-de-moderation

Posted by Le Journal de Vitré on Thursday, November 3, 2016

Un peu plus tard, dans les commentaires sous la publication, certaines personnes se sont étonnées de n’y trouver que des réactions positives souhaitant la « bienvenue » aux clandestins. Mal leur en a pris ! Selon nos informations, un certain nombre de commentaires qui avait le seul tort de protester contre la répartition des « migrants » de Calais dans les campagnes françaises sont tout simplement passés à la trappe. Pire : des utilisateurs du réseau social ayant simplement fait entendre leur avis sur le sujet ou s’étant étonnés de cette censure ont été bannis de la page, avec interdiction de commenter, sans autre forme de procès.

Contacté par l’Ojim, le Journal de Vitré a nié en bloc s’être livré à des actes de censure abusive. Au mieux explique-t-il avoir supprimé certains propos « haineux ou insultants ». Or comme l’ont fait remarquer des internautes, certains utilisateurs ont été bannis et censurés sans raison, au plus grand étonnement des personnes, favorables aux migrants, qui débattaient avec eux sans animosité. Depuis notre appel et depuis les protestations des internautes, la modération est, semble-t-il, redevenue plus souple et « tolérante ». On peut ainsi y trouver des commentaires de toute nature, ce qui n’était absolument pas le cas jeudi soir.

À l’instar de France 3 Midi-Pyrénées et de nombreux autres médias locaux, le Journal de Vitré doit ainsi subir les conséquences de cette répartition très contestée des clandestins de Calais, avec toujours la même incompréhension et, souvent, la même tendance à la censure…

Voir aussi

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook