A la une
Guerlain : Le Figaro retire un papier trop « irrévérencieux »

Guerlain : Le Figaro retire un papier trop « irrévérencieux »

Télécharger en PDF

Un court-métrage publicitaire de 5min46s pour le parfum Shalimar de Guerlain, diffusé avant les séances de cinéma, fait actuellement bondir les spectateurs. En cause : sa durée interminable, son intérêt inexistant.

La publicité met en scène une princesse indienne qui attend son chevalier. Long, très long. Emboitant le pas aux spectateurs, des médias comme Vodkaster et Rue89 s’en sont également pris à cette publicité « interminable » et « grotesque ». Le Figaro avait également entrepris une critique… avant que l’article ne disparaisse.

Celle-ci s’intitulait : « Shalimar de Guerlain, une publicité nommée dégoût. » Rédigé par une journaliste du service culture, qui est ensuite parti se restaurer, il a été publié immédiatement, sans relecture dit-on. Mais il n’a pas été du goût de tout le monde. Moins de deux heures plus tard, le directeur de la rédaction du Figaro.fr l’a en effet supprimé. « Je regarde le site, je vois ça. Je trouve le ton du titre assez contestable, j’appelle la rédaction pour le changer, personne ne me répond. C’est la pause-déjeuner. Je décide donc de le supprimer », assure Jean-Michel Salvator.

« Jean-Michel Salvator a jugé, à raison, que le papier était trop irrévérencieux », renchérit François Aubel du service culture. Mais un doute plane… Et pour cause : Guerlain n’est ni plus ni moins qu’un annonceur fréquent du Figaro, qui aurait aussi bien pu passer un coup de fil à la rédaction après la lecture du papier critique…

« Évidemment que Guerlain est un annonceur. Mais ce n’est pas pour cela que j’ai souhaité retirer l’article. Ce n’était pas le ton du Fig’, c’était un peu disproportionné, un peu déplacé. Je n’ai pas eu le sentiment de porter atteinte à la liberté des journalistes de la rédaction. J’assume ma décision », explique Jean-Michel Salvator. Chez Guerlain, on nie également toute implication.

« La « liberté de blâmer », attendra encore un peu », écrit Rue89, en référence à la devise du journal, tirée de Beaumarchais : « sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur ».

Crédit photo : capture d’écran vidéo Guerlain via Youtube

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook