Portrait : François-Régis Hutin
États-Unis : Curée médiatique après un tweet « raciste »

États-Unis : Curée médiatique après un tweet « raciste »

Télécharger en PDF

Avant son départ pour l’Afrique du Sud, Justine Sacco, jeune et blonde chargée de communication américaine, a eu le mauvais goût (et le malheur) de poster sur Twitter une très mauvaise plaisanterie à connotation raciste.

« Je pars en Afrique. J’espère que je n’attraperai pas le Sida… Je rigole, je suis blanche ! », a-t-elle ainsi lancé sur son compte twitter comptant environ 500 abonnés.

Mais ce Tweet, somme toute plus bête que méchant, a déclenché sur le réseau social un véritable déchaînement numérique, les internautes surenchérissant dans l’invective et l’hallali contre la jeune femme.

Le site « Buzzfeed » a notamment été le premier à s’emparer de l’histoire en se mettant à consciencieusement fouiller l’historique du compte Twitter de Justine Sacco pour y dénicher d’autres messages « tendancieux ». Le lynchage s’est alors encore amplifié : agressions verbales, insultes, menaces, et spéculations ironiques sur l’avenir professionnel de Justine…

Contacté par de furieux vengeurs, l’employeur de la jeune communicante a d’ailleurs annoncé sans hésiter son licenciement immédiat. Tout cela alors que la jeune femme n’était pas encore sortie de son avion !

Dès son arrivée à Capetown, Justien Sacco a été assaillie par une horde de reporters voulant obtenir sa réaction et la sommant de se justifier. Des photos d’elles ont été prises et diffusées sur le web, finissant de ruiner sa réputation. La jeune femme a alors tenté de s’excuser mais le torrent de haine à son égard a continué à enfler. La vie entière de Justine Sacco semble ainsi aujourd’hui ruinée par ce tweet imbécile.

Un « emballement numérique » aussi incroyable que disproportionné, et à vrai dire assez terrifiant, qui montre une nouvelle fois la capacité de nuisance du « réseau » lorsqu’il s’empare d’une victime expiatoire.

Crédit photo : DR

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook