Cinéma : Gaumont et Pathé n’invitent plus les critiques du Figaro

Cinéma : Gaumont et Pathé n’invitent plus les critiques du Figaro

Télécharger en PDF

Dans son édition de ce week-end, Le Figaro a annoncé que ses journalistes cinéma étaient désormais privés des projections presse organisées par Pathé et Gaumont à cause de « critiques jugées trop négatives ».

« Les critiques sont des gens méchants. Parfois, ils écrivent du mal des gentils films. Parfois même, ils osent dire qu’ils ne sont pas tous des chefs-d’œuvre. Pire, ils ne soutiennent pas systématiquement les longs métrages produits et distribués par les firmes Pathé et Gaumont. Qui n’ont rien contre la critique, pas du tout, du moment qu’elle tartine sur la qualité de leur réalisation », écrivent plusieurs journalistes du quotidien dans un article intitulé « Pas de tomates pour les navets ».

Les relations ne sont en effet pas au beau fixe entre les critiques du Figaro et Gaumont depuis la publication d’un dossier sur la faiblesse des scénarios des films français, illustré par une photo d’un film de la firme, Mea Culpa. Par la suite, la critique n’a pas été tendre avec une autre production de Gaumont, La belle et la bête avec Vincent Cassel et Léa Seydoux. Pathé n’a pas été épargné non plus avec une critique très dure de son film Supercondriaque avec Dany Boon et Kad Mérad.

Depuis, « plus un critique de notre journal n’est convié aux projections de presse ». Pire : des critiques, et pas uniquement ceux du Figaro, auraient été menacés de perdre leur emploi et des encarts publicitaires retirés en guise de représailles… « Si les distributeurs n’ont jamais porté les critiques dans leur cœur, il semble qu’ils aient décidé de leur déclarer la guerre », se plaint l’article.

Interrogée par le journal sur cette affaire, Sidonie Dumas, patronne de Gaumont, s’est contentée de plaindre un cinéma français malmené « à tort » par la presse. « Les articles sont trop généralistes : tous les scénaristes sont mauvais, les acteurs trop payés, le cinéma trop financé. Le cinéma est un bouc émissaire », a-t-elle estimé, voyant là un « mal très français ». « Gaumont ne s’opposera jamais à des critiques négatives » à condition que « les articles soient argumentés », a-t-elle conclu.

Crédit photo : awottawa via SXC (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook