Balkany confisque la caméra d’un journaliste de BFMTV

Balkany confisque la caméra d’un journaliste de BFMTV

Télécharger en PDF

À l’approche des élections municipales à Levallois, les époux Balkany sont dans le collimateur de la justice, soupçonnés, une fois de plus, de s’être enrichis en détournant des fonds publics.

Dans ce climat tendu, Isabelle Balkany se contente de refuser d’aborder le sujet. « Je ne sais même pas de quoi vous parlez. Nous, nous sommes concentrés sur la campagne à Levallois », déclare-t-elle devant la caméra de BFMTV. Mais son mari est un brin plus remonté par ces histoires. Interrogé sur le sujet, celui-ci s’agace rapidement et invite les journalistes de la chaîne à quitter sa permanence : « Ça fait trente ans que j’ai la même maison ! Vous tombez de l’armoire ? Alors Monsieur, j’ai fini de vous parler, maintenant vous pouvez sortir et quitter ma permanence. Cassez-vous ! »

Les soutiens de Patrick Balkany applaudissent, le journaliste sort du bâtiment, mais le maire UMP de Levallois revient à la charge et va jusqu’à confisquer la caméra. « Tirez-vous ! Je la garde… Je garde la caméra ! Je la garde parce que vous nous faites chier », lance-t-il alors que ses proches tentent de le calmer. Caméra en main, il s’isole dans une pièce pour tenter de l’éteindre. Celle-ci enregistre toujours et on peut entendre l’homme politique déclarer : « Je vais lui enlever son… Ça tourne, je vais lui enlever ! »

« Pas aujourd’hui, pas maintenant ! Quel gâchis ! », peut-on également entendre. Quelques minutes plus tard, Isabelle Balkany ira rendre la caméra au journaliste de BFMTV en s’excusant pour cet incident…


A Levallois, Balkany s'énerve et confisque la… par BFMTV

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook