Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Yuval Noah Harari, la nouvelle marque à la mode

15 avril 2020

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Yuval Noah Harari, la nouvelle marque à la mode

Yuval Noah Harari, la nouvelle marque à la mode

C’est la nouvelle coqueluche du monde intellectuel. Plus qu’un auteur, l’Israélien Harari est une marque, « Sapienship », avec sa « Public Relations Team » et son « Yuval Noah Harari International office ». Il est dans tous les médias, sa parole est d’or et les médias progressistes l’aiment. Harari, je suis partout ou le nouveau prophète .

Il est partout

Yuval Noah Harari est d’abord un phénomène édi­to­r­i­al, ouvrir son site en français, c’est d’emblée tomber sur cette cita­tion : « L’Histoire com­mença quand les humains inven­tèrent les dieux et se ter­min­era quand les humains devien­dront des dieux ». Le pro­gramme sans cesse réitéré de l’idéologie du Pro­grès — aujourd’hui pimen­tée d’un soupçon d’ultra-technologies. Best-sell­er, his­to­rien, pro­fesseur à l’université hébraïque de Jérusalem II, il inter­vient en réal­ité dans de nom­breux col­lo­ques, uni­ver­sités et pub­lie dans une myr­i­ade de médias, sous forme de textes ou d’entretiens. Ses deux pre­miers ouvrages, Sapi­ens : une brève his­toire de l’humanité et Homo Deus : une brève his­toire de l’avenir, dont les titres sont tout un pro­gramme, sont traduits dans une cinquan­taine de langues et restent en pile dans les librairies français­es plus de deux ans après leur paru­tion, comme s’ils étaient des nou­veautés per­ma­nentes.

Houba, Houba, U Ba Khin

Il ne cache aucune de ses options per­son­nelles : homo­sex­uel, ce qui lui per­met « de remet­tre en ques­tion les idées reçues », végan, libéral sur le plan économique et lib­er­taire sur le plan cul­turel, pra­ti­quant la médi­ta­tion boud­dhique Vipas­sana selon les pré­ceptes de son « maître » S.N. Goen­ka, dans la tra­di­tion d’un dénom­mé Sayagyi U Ba Khin.

Goen­ka aurait appris en Bir­manie, avant de for­mer des assis­tants-enseignants et d’ouvrir des cen­tres de médi­ta­tion partout dans le monde où il y a des bobos. Harari est le pro­to­type exem­plaire du libéral-lib­er­taire con­tem­po­rain, une star par nature de tous les médias con­venus, comme conçu à cette fin. C’est pourquoi il était pos­si­ble de le lire dans le Finan­cial Times, par exem­ple, le 20 mars 2020, déjà au sujet du coro­n­avirus, avant de voir son nom réap­pa­raître dans les médias français.

La parole de Yuval Noah Harari ? Dans Le Monde of course

Harari est une telle entre­prise qu’ayant acquis les droits du texte du Finan­cial Times le 20 mars 2020, L’Express inter­dit sa repro­duc­tion aux autres organes de presse. Il en va de même avec une tri­bune du Monde, pub­liée sous « copy­right Yuval Noah Harari » le 5 avril 2020 et titrée « Le véri­ta­ble anti­dote à l’épidémie n’est pas le repli, mais la coopéra­tion ». C’est d’ailleurs plus sou­vent dans Le Monde qu’ailleurs que Yuval Noah Harari s’exprime en France. Dans ce cas pré­cis, la tri­bune est une tra­duc­tion d’un texte juste paru dans l’hebdomadaire Time.

La tri­bune com­mence ain­si :

« Face à l’épidémie due au coro­n­avirus, beau­coup accusent la mon­di­al­i­sa­tion et pré­ten­dent que le seul moyen d’éviter que ce scé­nario se repro­duise est de démon­di­alis­er le monde. Con­stru­ire des murs, restrein­dre les voy­ages, lim­iter les échanges. Et pour­tant, si le con­fine­ment, à court terme, est essen­tiel pour frein­er l’épidémie, l’isolationnisme, à long terme, provo­querait un effon­drement de l’économie sans offrir aucune pro­tec­tion con­tre les mal­adies infec­tieuses. Au con­traire. Le véri­ta­ble anti­dote à l’épidémie n’est pas la ségré­ga­tion, mais la coopéra­tion. »

Tout est dit en quelques mots, des mots qui ressem­blent à ceux pronon­cés par le prési­dent Macron et par les autres représen­tants de la mon­di­al­i­sa­tion en France, tant de LREM, du MEDEF que de LR. Entre autres. Les mots sont ici choi­sis avec atten­tion : « con­stru­ire des murs », « restrein­dre », « lim­iter », « iso­la­tion­nisme », « effon­drement de l’économie », « ségré­ga­tion ».

Voilà qui pour­rait dés­abuser quiconque penserait que le monde d’après sera un monde où l’hyper-libéralisme mon­di­al­isé hors sol serait lim­ité : c’est le con­traire qui est annon­cé.

Yuval le dit, les épidémies même pas peur

La tri­bune explique ensuite qu’il ne faudrait pas se fier aux apparences : « l’ampleur et l’impact des épidémies ont con­sid­érable­ment dimin­ué », une affir­ma­tion cen­sée être démon­trée ici par une com­para­i­son ultra rapi­de entre les grandes épidémies d’autrefois, du Moyen-Age par exem­ple, et celles de main­tenant. Harari omet tout de même de dire que la mon­di­al­i­sa­tion telle que nous la vivons est un phénomène récent et que les prin­ci­paux pro­grès sci­en­tifiques ayant per­mis de faire reculer les grandes épidémies l’ont été dans dans le cadre de fron­tières nationales et d’aires civil­i­sa­tion­nelles.

Il omet aus­si de sig­naler que jamais l’humanité n’a été oblig­ée de se con­fin­er face à un virus qui, a pri­ori, si tout est dit, ne serait en rien com­pa­ra­ble, juste­ment, avec des mal­adies telles que la grippe espag­nole ou la peste noire. Si la mon­di­al­i­sa­tion hyper-libérale, pour­voyeuse d’inégalités économiques à toutes les échelles, de mou­ve­ments de migrants inusités dans l’histoire humaine, de déplace­ments de tra­vail inutiles et inces­sant, d’échanges de pro­duits dont la néces­sité est plus que dis­cutable, asso­ciée à l’absence de lim­ites n’est pas la cause de ce virus, son orig­ine n’étant pas encore claire, elle en a par con­tre favorisé l’expansion comme elle pour­rait aisé­ment faciliter celle d’une nou­velle grippe espag­nole.

Coopération versus mondialisation

Pour Harari, la sci­ence est supérieure aux virus. Ces derniers mutent de façon aveu­gle tan­dis que nous les com­bat­tons de façon raison­née et en con­science, et ce com­bat demande des échanges. Il a en par­tie rai­son, la coopéra­tion sci­en­tifique n’est pas ici en cause et les sci­en­tifiques coopèrent très bien chaque jour sans avoir besoin de par­courir des mil­liers de kilo­mètres. Harari évoque la coopéra­tion sur tous les plans, se mon­trant bien naïf sur l’ensemble des trou­bles induits par la mon­di­al­i­sa­tion, cette dernière étant fondée sur le pré­sup­posé que l’échange con­duit au bon­heur. Ain­si : « Nous sommes habitués à penser la san­té en ter­mes nationaux, mais fournir un meilleur sys­tème de san­té aux Iraniens et aux Chi­nois aide à pro­téger aus­si les Israéliens et les Français des épidémies. Pour le virus, il n’y a aucune dif­férence entre des Iraniens, des Chi­nois, des Français et des Israéliens. Pour le virus, nous sommes tous des proies. Cette vérité toute sim­ple devrait être une évi­dence pour tous, mais mal­heureuse­ment elle échappe même à cer­tains per­son­nages par­mi les plus impor­tants de la planète. »

Maintenir le mondialisme

Mais la véri­ta­ble cible que le pro­gres­siste Harari n’avait pas encore désignée la voici : « L’humanité fait face aujourd’hui à une grave crise, pas seule­ment à cause du coro­n­avirus, mais aus­si à cause de la défi­ance que les hommes ont les uns envers les autres. Pour vain­cre une épidémie, il faut que les gens aient con­fi­ance dans les experts sci­en­tifiques, les citoyens dans les autorités publiques, et que les pays se fassent mutuelle­ment con­fi­ance. Ces dernières années, des politi­ciens irre­spon­s­ables ont délibéré­ment sapé la con­fi­ance que l’on pou­vait avoir en la sci­ence, envers les autorités publiques et dans la coopéra­tion inter­na­tionale. En con­séquence, nous faisons aujourd’hui face à cette crise sans lead­ers mon­di­aux sus­cep­ti­bles d’inspirer, d’organiser et de financer une réponse glob­ale coor­don­née. » Beau­coup de lecteurs pour­raient alors penser que la coqueluche libérale-lib­er­taire accuse, sinon la mon­di­al­i­sa­tion, du moins ses acteurs poli­tiques. Ce n’est pas le cas :

La respon­s­abil­ité de la non réac­tiv­ité coor­don­née reviendrait aux États-Unis et donc… à Don­ald Trump. Au pop­ulisme en somme. Harari le dit claire­ment : « La xéno­pho­bie, l’isolationnisme et la méfi­ance car­ac­térisent pra­tique­ment désor­mais l’ensemble du sys­tème inter­na­tion­al. ». Avec un monde qui retrou­verait de la décence com­mune, c’est-à-dire des lim­ites, la petite multi­na­tionale d’Harari « per­formerait » moins. Dif­fi­cile à envis­ager pour un libéral-lib­er­taire, quel qu’il soit, surtout quand sa petite entre­prise dis­tribue de bons div­i­den­des idéologiques.

Pho­to : cap­ture d’écran vidéo, entre­tien à Euronews, mai 2019

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision