Accueil | Actualités | Médias | Volkswagen : grosse pression sur la presse !
Pub­lié le 1 octobre 2015 | Éti­quettes :

Volkswagen : grosse pression sur la presse !

Si les journaux publient des articles sur la crise chez le constructeur automobile, accusé d'avoir fraudé sur les émissions de gaz à effet de serre de ses voitures, ils n'auront pas de pub. C'est en substance le chantage qu'a tenté d'exercer le constructeur allemand, avec la finesse d'un char Panzer.

L'enjeu est conséquent – rien qu'en France, un million de véhicules sont concernés et susceptibles d'être rappelés. Le Canard Enchaîné du 30 septembre 2015 explique comment le constructeur a tenté de reprendre la main via sa filiale chargée d'acheter les espaces publicitaires – Mediacom. La régie publicitaire a envoyé le 22 septembre un mail aux dirigeants des principaux quotidiens régionaux. L'extrait que publie le journal ne laisse aucun doute sur les intentions du constructeur : « si nous pouvons assurer formellement à l'agence et à la marque que lors des dates de parution des 6, 8 et 10 octobre prochains il n'y aura aucun article relatif à la crise VW, nous conserverons les investissements. »

Ceux-ci se chiffrent en dizaines de milliers, voire en centaines de milliers d'euros, des sommes pas négligeables pour les journaux français souvent déficitaires et tous subventionnés par l'Etat. Pour enfoncer le clou, Mediacom a précisé que le même engagement garantissait aussi la campagne pub prévue par Audi en octobre et novembre, et les insertions pour la fin de l'année, en indiquant le montant du budget qui pourrait s'envoler si la presse s'acharnait à vouloir faire son travail, c'est à dire informer : 1 465 000 euros.

Crédit photo : DR

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux