Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Violence des « antifas » : avis de brouillage sémantique
Publié le 

22 octobre 2017

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Violence des « antifas » : avis de brouillage sémantique

Violence des « antifas » : avis de brouillage sémantique

Des actes de violence de « militants antifas » ont fait les titres des journaux ces dernières semaines. Ainsi, le 12 septembre, les manifestations contre les ordonnances Travail ont donné lieu selon Le Figaro à des violences par des « antifas » en marge des cortèges. Le 23 septembre, RT nous informe que des antifas ont perturbé un discours de Jean-Luc Mélenchon. Début octobre, selon L’Express, des individus qualifiés d’« antifas » soupçonnés d’avoir incendié le 18 mai 2016 une voiture de police occupée par des policiers étaient jugés à Paris. Dans la couverture de ces événements, les auteurs de violence sont qualifiés d’antifas. L’utilisation de ce terme par certains médias est-elle justifiée ou erronée ?

Des faits multiples

Lors du meet­ing de J.L. Mélen­chon, « des coups ont été échangés avec des antifas », selon un reporter de RT France, alors que ceux-ci ten­taient de per­turber le dis­cours du leader de la France Insoumise. « Ce qui sem­ble être une bombe de gaz lacry­mogène a égale­ment été util­isée » relate le site RT. Le 12 sep­tem­bre, ce sont selon Le Figaro « une cen­taine (d’antifas) capuchés et masqués (…) présents en tête de cortège (qui) ont affron­té les forces de l’or­dre à coups de pro­jec­tiles var­iés et de fumigènes ».

En octo­bre, ce sont selon L’Express des « antifas » qui sont jugés car accusés d’avoir incendié un véhicule occupé par des policiers en mai 2016. On pour­rait mul­ti­pli­er les exem­ples.

Les « mil­i­tants antifas » se présen­tent dans leurs mul­ti­ples blogs comme s’op­posant au total­i­tarisme. Ils se définis­sent en fonc­tion d’une oppo­si­tion « intel­lectuelle » à une idéolo­gie. Le sub­stan­tif du mot « mil­i­tant » sug­gère une per­son­ne agis­sant pour une cause par les idées.

Peut-on dire lors les 3 évène­ments relatés – l’incendie d’une voiture occupée par des policiers, la per­tur­ba­tion d’un dis­cours d’un homme poli­tique, des affron­te­ments avec la police lors de man­i­fes­ta­tions – que les « antifas » aient de quelque manière que ce soit entre­pris un tra­vail de con­vic­tion pro­pre aux mil­i­tants ? Sont-ils sur le ter­rain poli­tique du débat d’idées ?

Antifas ou simples casseurs ?

Dans les années 80, les ter­mes moins ambi­gus de « casseurs » et d’« autonomes » étaient util­isés pour qual­i­fi­er les auteurs de vio­lences lors de man­i­fes­ta­tions. Utilis­er l’appellation d’« antifas » que les casseurs s’attribuent revient à don­ner un ver­nis poli­tique à des actions vio­lentes.

Rares sont les titres qui, comme Sud-Ouest réfu­tent ce ver­nis et qual­i­fient les auteurs de vio­lences de « black blocks » et « autonomes ». Cela n’empêchera pas le jour­nal­iste Claude Askolovitch dans une chronique sur Arte de déplor­er le fait que les « antifas » soient en quelques années passés du statut de héros (pour qui ?!) à celui de « nou­veaux dia­bles »… « Mal nom­mer un objet, c’est ajouter au mal­heur de ce monde », la cita­tion d’Albert Camus a encore toute sa per­ti­nence…

Crédit pho­to : after­show via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

Éric Naulleau

PORTRAIT — Éric Naul­leau, la gauche qui agace la gauche. « Moi, je suis con­sid­éré par la gauche comme un enne­mi. Elle me com­bat. C’est ain­si. Mais Naul­leau, lui, est con­sid­éré comme un traître ! Et c’est bien pire… » Éric Zem­mour, Valeurs Actuelles, 2012.

Nicolas Truong

PORTRAIT — Né en 1967, Nico­las Truong dirige les pages « Idées-Débats » du Monde. Il ne fait guère preuve d’honnêteté idéologique, ni ne fait mys­tère de ses pen­chants intel­lectuels pous­sant très loin à gauche le bou­chon de ses idées.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audi­ences.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision