Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Une journaliste de La Croix convoquée à la DCRI

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

20 mars 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Une journaliste de La Croix convoquée à la DCRI

Une journaliste de La Croix convoquée à la DCRI

Temps de lecture : 2 minutes

Suite à un article du 29 janvier 2014 intitulé « La France doit mieux prévenir les risques de l’islam radical », une journaliste de La Croix a été convoquée à la DCRI.

L’ar­ti­cle en ques­tion relatait un rap­port demandé par le Pre­mier min­istre au secré­tari­at général de la défense et de la sécu­rité nationale. Il fai­sait état des grandes lignes de ce rap­port, qui visait à mieux repér­er et prévenir la rad­i­cal­i­sa­tion de cer­tains jeunes ten­tés par le dji­had islamique.

Un rap­port classé secret défense, ce que pré­ten­dent ignor­er le quo­ti­di­en d’in­for­ma­tion catholique et sa jour­nal­iste – bien qu’en général, la men­tion « Secret défense » est claire­ment vis­i­ble sur ce genre de doc­u­ments. La divul­ga­tion de son con­tenu con­sti­tu­ant un délit pas­si­ble de cinq ans de prison, la jour­nal­iste auteur de l’ar­ti­cle, Anne-Béné­dicte Hoffn­er, a donc été con­vo­quée à la DCRI (direc­tion cen­trale du ren­seigne­ment intérieur) et menée en salle d’in­ter­roga­toire afin d’ex­pli­quer com­ment elle a obtenu le rap­port. Selon La Croix, celle-ci a « rap­pelé à ses inter­locu­teurs que la loi l’autorisait à pro­téger ses sources ».

Sur Médi­a­part, elle racon­te : « Le but était de m’impressionner. L’un des policiers m’a dit : “La prochaine fois que vous aurez accès à des infor­ma­tions, vous vous sou­vien­drez de nous.” »

« La Croix se veut tou­jours atten­tive aux con­séquences des infor­ma­tions qu’elle pub­lie, pour les per­son­nes, pour les insti­tu­tions, pour la société et pour l’État. En ren­dant compte de ce rap­port sur l’islamisme, notre jour­nal­iste ouvrait des pistes de réflex­ion utiles au débat. Et fai­sait pleine­ment son tra­vail. Telle est notre réponse à cette con­vo­ca­tion », se jus­ti­fie la direc­trice du jour­nal, Dominique Quinio, dans un bil­let pub­lié ce mar­di.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran la-croix.com