Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Un rapport de RSF s’attaque à la captation des médias par les oligarques

25 juillet 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Un rapport de RSF s’attaque à la captation des médias par les oligarques

Un rapport de RSF s’attaque à la captation des médias par les oligarques

À l’occasion de la sortie, jeudi 21 juillet, du rapport sur la ruée des oligarques sur les médias, le président de Reporter sans frontières (RSF) s’est confié à Libération.

Pour Christophe Deloire, que l’on soit en Turquie, en France ou au Brésil, une con­stante se dégage : « l’argent est un fac­teur d’atteinte à la lib­erté et à l’indépendance de l’exercice du jour­nal­isme. » Or depuis plusieurs années, « il y a un vrai mou­ve­ment d’achat, de cap­ta­tion de médias et de groupes de médias par des oli­gar­ques », estime-t-il.

Si le mot oli­gar­que ren­voie bien sou­vent à la Russie, celle-ci est loin d’avoir l’ex­clu­siv­ité du prob­lème. En Turquie, on observe une cap­ta­tion des médias par des proches d’Er­do­gan ; en Inde, toutes les chaînes de télévi­sion dif­fu­sant de l’in­for­ma­tion sont entre les mains de mil­liar­daires ; au Brésil, ce sont 40 par­lemen­taires, les « 40 Berlus­coni », qui pos­sè­dent des groupes de médias…

Partout, ces oli­gar­ques « utilisent leurs médias comme des battes de base-ball médi­a­tiques », estime M. Deloire. « Les pro­prié­taires peu­vent réclamer des actions directe­ment aux médias qu’ils pos­sè­dent ou par­fois le sim­ple fait de pos­séder un média est une influ­ence en soi », note-t-il égale­ment. Car, il faut le soulign­er, le but de l’oli­gar­que n’est pas néces­saire­ment de dévelop­per son média mais « d’ex­ercer son influ­ence », qu’il s’agisse d’une influ­ence poli­tique ou d’une volon­té de pro­mou­voir ses activ­ités économiques via son groupe de presse.

« C’est telle­ment mieux quand les jour­nal­istes veu­lent ven­dre des jour­naux et pas des avions », juge Christophe Deloire. Et celui-ci de citer le cas de la France, guère épargnée, où « il y a une forme de con­cen­tra­tion qui va de pair avec le rachat par des hommes d’affaires, notam­ment dans le secteur des télé­com­mu­ni­ca­tions », comme par exem­ple avec Patrick Drahi, Vin­cent Bol­loré, Xavier Niel, Matthieu Pigasse, etc… Pour Deloire, il y a « man­i­feste­ment une par­tie d’entre eux qui utilisent leurs médias pour servir les intérêts économiques de leur groupe ou des intérêts per­son­nels ».

Pour résoudre ce prob­lème majeur, comme le font d’autres pays, la Norvège et les Pays-Bas par exem­ple, il faut « une indépen­dance édi­to­ri­ale garantie par l’existence de procé­dures, des codes, des chartes bien définies au sein de chaque média ». « Le plu­ral­isme, ça doit être un plu­ral­isme d’information jour­nal­is­tique sans inter­férence, sans pres­sions et avec des visions du monde dif­férentes », con­clut le prési­dent de RSF.

Voir aussi

Info­gra­phies de Patrick Drahi, du groupe Bol­loré, de Xavier Niel et de Matthieu Pigasse

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision