Accueil | Actualités | Médias | Un journaliste pris en flagrant délit… de clownerie
Pub­lié le 5 novembre 2014 | Éti­quettes :

Un journaliste pris en flagrant délit… de clownerie

Une clownerie de plus pour le monde journalistique. Mais cette fois, c'est une vraie !

Comme l'a révélé le procureur de la République de Douai, dans le Nord, un journaliste travaillant pour une société de production a incité des mineurs à se déguiser en clown et à effrayer les passants pour les besoins d'un reportage.

« J'ai convoqué dans mon bureau le journaliste, le rédacteur en chef et le patron de la boîte de production pour un rappel à la loi, car c'est inadmissible », a déclaré le procureur Éric Vaillant, jeudi 30 octobre.

La veille, à 19h, la police municipale avait interpellé deux jeunes âgés de 16 ans, déguisés en clown, qui « s’amusaient » à effrayer les passants. Ils étaient suivis par un journaliste, caméra au poing. Interrogés par les policiers, les deux mineurs ont alors expliqué qu'ils avaient été « recrutés » via Twitter par le journaliste qui souhaitait illustrer le phénomène des clowns agressifs, qui se répand partout en France. Celui-ci avait même apporté les masques de clowns, a indiqué le procureur.

Le journaliste travaillait pour la boîte de production Keep in News qui fournissait le magazine « 66 minutes » de M6. Dans un communiqué, la chaîne privée s'est « désolidarisée » de la société de production et a dénoncé le non-respect du « code de déontologie de la profession ». M6 a précisé qu'elle « n'acquerra ni ne diffusera » ce sujet.

Le procureur a indiqué que les mineurs n'ont pas été payés par le journaliste, qui s'est contenté de leur offrir un verre dans un bar.

Crédit photo : gozalewis via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This