Accueil | Actualités | Médias | Un journaliste pris en flagrant délit… de clownerie
Pub­lié le 5 novembre 2014 | Éti­quettes :

Un journaliste pris en flagrant délit… de clownerie

Une clownerie de plus pour le monde journalistique. Mais cette fois, c'est une vraie !

Comme l'a révélé le procureur de la République de Douai, dans le Nord, un journaliste travaillant pour une société de production a incité des mineurs à se déguiser en clown et à effrayer les passants pour les besoins d'un reportage.

« J'ai convoqué dans mon bureau le journaliste, le rédacteur en chef et le patron de la boîte de production pour un rappel à la loi, car c'est inadmissible », a déclaré le procureur Éric Vaillant, jeudi 30 octobre.

La veille, à 19h, la police municipale avait interpellé deux jeunes âgés de 16 ans, déguisés en clown, qui « s’amusaient » à effrayer les passants. Ils étaient suivis par un journaliste, caméra au poing. Interrogés par les policiers, les deux mineurs ont alors expliqué qu'ils avaient été « recrutés » via Twitter par le journaliste qui souhaitait illustrer le phénomène des clowns agressifs, qui se répand partout en France. Celui-ci avait même apporté les masques de clowns, a indiqué le procureur.

Le journaliste travaillait pour la boîte de production Keep in News qui fournissait le magazine « 66 minutes » de M6. Dans un communiqué, la chaîne privée s'est « désolidarisée » de la société de production et a dénoncé le non-respect du « code de déontologie de la profession ». M6 a précisé qu'elle « n'acquerra ni ne diffusera » ce sujet.

Le procureur a indiqué que les mineurs n'ont pas été payés par le journaliste, qui s'est contenté de leur offrir un verre dans un bar.

Crédit photo : gozalewis via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

22% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 445,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux