Accueil | Actualités | Médias | Un journaliste malmené par la garde rapprochée de Dassault
Pub­lié le 23 octobre 2013 | Éti­quettes : , , ,

Un journaliste malmené par la garde rapprochée de Dassault

Lors du « Spécial Investigation » de lundi soir consacré aux élus qui « trichent avec la démocratie », on a pu voir un journaliste de Canal+ bousculé par la garde rapprochée de Serge Dassault, ancien maire UMP de Corbeil-Essonnes.

Le milliardaire, cinquième fortune de France et propriétaire, entre autres, du Figaro, est suspecté par la justice d’avoir acheté des voix lors des élections municipales de 2008 pour se faire réélire. Un journaliste de Canal tente de l’interroger sur le sujet, alors qu’il a refusé toutes les demandes d’entretien. Celui-ci est alors violemment bousculé et sa caméra est frappée. « Envoie lui une chaise dans sa tête, il va voir ! Elle est où la chaise ? », lance même une femme présente dans la salle. « On traite les journalistes correctement quand les journalistes se comportent correctement, vous vous comportez comme des voyous ! », lui expliquera un garde du corps de Serge Dassault.

En 2008, une journaliste de France Inter, Pascale Pascariello, avait également été malmenée par la garde rapprochée du sénateur UMP alors qu’elle assistait à une réunion publique. « J’ai vu des hommes assez musclés en costume m’entourer. Avant, ils se tenaient aux côtés de Serge Dassault ou gardaient les portes. J’ai été bousculée », avait-elle rapporté à Rue89.

Lire aussi : Dassault demande le retrait des enregistrements de Mediapart

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux