Accueil | Actualités | Médias | Un journaliste malmené par la garde rapprochée de Dassault
Pub­lié le 23 octobre 2013 | Éti­quettes : , , ,

Un journaliste malmené par la garde rapprochée de Dassault

Lors du « Spécial Investigation » de lundi soir consacré aux élus qui « trichent avec la démocratie », on a pu voir un journaliste de Canal+ bousculé par la garde rapprochée de Serge Dassault, ancien maire UMP de Corbeil-Essonnes.

Le milliardaire, cinquième fortune de France et propriétaire, entre autres, du Figaro, est suspecté par la justice d’avoir acheté des voix lors des élections municipales de 2008 pour se faire réélire. Un journaliste de Canal tente de l’interroger sur le sujet, alors qu’il a refusé toutes les demandes d’entretien. Celui-ci est alors violemment bousculé et sa caméra est frappée. « Envoie lui une chaise dans sa tête, il va voir ! Elle est où la chaise ? », lance même une femme présente dans la salle. « On traite les journalistes correctement quand les journalistes se comportent correctement, vous vous comportez comme des voyous ! », lui expliquera un garde du corps de Serge Dassault.

En 2008, une journaliste de France Inter, Pascale Pascariello, avait également été malmenée par la garde rapprochée du sénateur UMP alors qu’elle assistait à une réunion publique. « J’ai vu des hommes assez musclés en costume m’entourer. Avant, ils se tenaient aux côtés de Serge Dassault ou gardaient les portes. J’ai été bousculée », avait-elle rapporté à Rue89.

Lire aussi : Dassault demande le retrait des enregistrements de Mediapart

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This