Accueil | Actualités | Médias | Un journaliste malmené par la garde rapprochée de Dassault
Pub­lié le 23 octobre 2013 | Éti­quettes : , , ,

Un journaliste malmené par la garde rapprochée de Dassault

Lors du « Spécial Investigation » de lundi soir consacré aux élus qui « trichent avec la démocratie », on a pu voir un journaliste de Canal+ bousculé par la garde rapprochée de Serge Dassault, ancien maire UMP de Corbeil-Essonnes.

Le milliardaire, cinquième fortune de France et propriétaire, entre autres, du Figaro, est suspecté par la justice d’avoir acheté des voix lors des élections municipales de 2008 pour se faire réélire. Un journaliste de Canal tente de l’interroger sur le sujet, alors qu’il a refusé toutes les demandes d’entretien. Celui-ci est alors violemment bousculé et sa caméra est frappée. « Envoie lui une chaise dans sa tête, il va voir ! Elle est où la chaise ? », lance même une femme présente dans la salle. « On traite les journalistes correctement quand les journalistes se comportent correctement, vous vous comportez comme des voyous ! », lui expliquera un garde du corps de Serge Dassault.

En 2008, une journaliste de France Inter, Pascale Pascariello, avait également été malmenée par la garde rapprochée du sénateur UMP alors qu’elle assistait à une réunion publique. « J’ai vu des hommes assez musclés en costume m’entourer. Avant, ils se tenaient aux côtés de Serge Dassault ou gardaient les portes. J’ai été bousculée », avait-elle rapporté à Rue89.

Lire aussi : Dassault demande le retrait des enregistrements de Mediapart

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux