Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Un documentaire sur l’Ukraine crée la polémique

1 février 2016

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Un documentaire sur l’Ukraine crée la polémique

Un documentaire sur l’Ukraine crée la polémique

« Ukraine : les masques de la révolution ». Dans ce documentaire diffusé sur Canal, Paul Moreira met en lumière le rôle des groupes paramilitaires radicaux dans la « révolution » ukrainienne de février 2014.

Un angle qui, bien que factuel et doc­u­men­té, a le don d’a­gac­er cer­tains jour­nal­istes ukrainiens mais aus­si français. À ce pro­pos, l’am­bas­sade d’Ukraine a même fait pres­sion sur la chaîne cryp­tée pour ten­ter d’annuler la dif­fu­sion du doc­u­men­taire. Dans les médias français, Libéra­tion et Le Monde se sont par­ti­c­ulière­ment illus­trés dans le dén­i­gre­ment.

Esti­mant que mon­tr­er, doc­u­ments à l’appui, l’influence de grou­pus­cules néo-nazis dans cette révo­lu­tion vous trans­for­mait en agent russe, Renaud Rebardy, dans son blog hébergé sur Libération.fr accuse Paul Mor­eira de « met­tre en image le dis­cours du Krem­lin ». Reporter depuis 15 ans et primé à de nom­breuses repris­es, ce dernier n’a pour­tant fait que s’in­téress­er à un aspect peu abor­dé par les médias occi­den­taux de cette révo­lu­tion. Et pour cause : les médias ont glob­ale­ment pris le par­ti de ce qui s’apparente de plus en plus à un coup d’État téléguidé par les États-Unis et qu’ils ont présen­té comme un mou­ve­ment pop­u­laire pro-européen.

Renaud Rebardy con­sid­ère en out­re que plusieurs pro­tag­o­nistes ont vu leurs traits exagérés, comme par exem­ple Oleg Tiag­ni­bok, dirigeant du par­ti Svo­bo­da. C’est égale­ment l’avis de Benoît Vik­tine qui dans Le Monde, estime que le doc­u­men­tariste a exagéré la véri­ta­ble influ­ence de cette extrême-droite ukraini­enne sur les événe­ments.

Pour le blogueur de Libé, Tiag­ni­bok ne serait qu’un « nation­al­iste ultra-con­ser­va­teur » et non un indi­vidu « issu de la mou­vance néo-nazie » comme le présente Paul Mor­eira. Le per­son­nage est pour­tant placé par le cen­tre Simon Wiesen­thal dans la liste des 10 anti­sémites mon­di­aux les plus dan­gereux, notam­ment pour son appel à purg­er l’Ukraine de ses 400 000 juifs et rus­so­phones !

À la suite de cette polémique, Paul Mor­eira s’est jus­ti­fié dans un com­mu­niqué. C’est alors qu’il enquê­tait sur le drame d’Odessa (où 45 per­son­nes sont mortes brûlées dans un incendie crim­inel le 2 mai 2014), un fait par ailleurs large­ment passé sous silence par la plu­part des médias occi­den­taux, que le jour­nal­iste s’est ren­du compte de « l’importance des mil­ices nation­al­istes ». « Elles étaient en pre­mière ligne dans les com­bats de rue à Maï­dan, puis s’étaient for­mées en batail­lons pour aller com­bat­tre à l’Est les troupes russ­es », racon­te-t-il.

Mal­heureuse­ment, son enquête de ter­rain va « à l’encontre de la nar­ra­tion com­muné­ment admise ». Ain­si le voici livré à la vin­dicte des pro-Maï­dan, accusé d’être un agent russe pour avoir osé fouiller un peu plus loin dans ces évène­ments com­plex­es. « Je savais que j’allais ren­con­tr­er une oppo­si­tion vir­u­lente, qu’on allait m’accuser de faire le jeu de Pou­tine, de repren­dre des élé­ments de sa pro­pa­gande. Je ne m’attendais pas à tomber sur autant de déni, frisant par­fois l’hystérie », con­fesse-t-il.

Et de con­clure en soulig­nant que « renon­cer à dire ce que l’on sait parce que “ça fait le jeu de la pro­pa­gande russe”, c’est soi-même devenir un pro­pa­gan­diste ».

Mor­eira a reçu le sou­tien de l’é­con­o­miste Olivi­er Berruy­er. Sur son blog, ce dernier a fourni depuis les événe­ments un vrai tra­vail d’in­for­ma­tion. Un tra­vail que n’ont mal­heureuse­ment pas fait les médias qui con­tes­tent le doc­u­men­taire… Ain­si, après avoir défendu le jour­nal­iste, Berruy­er juge qu’il est « très agaçant de se dire qu’on est bien obligé de pass­er du temps, soir et week-end, à s’occuper de ça sur son blog per­son­nel, alors que, je le rap­pelle, je ne suis pas jour­nal­iste, et que c’est non seule­ment leur méti­er, mais qu’en plus il y a de fortes aides publiques »…

Une fois de plus, il fau­dra compter sur ce qu’il con­vient désor­mais d’ap­pel­er la « réin­fos­phère » pour être infor­mé cor­recte­ment sur le cas ukrainien, un enjeu géopoli­tique vis­i­ble­ment trop impor­tant pour pouss­er les médias sub­ven­tion­nés à l’hon­nêteté… Les crispa­tions faisant suite à la sor­tie du doc­u­men­taire de Mor­eira ne sauraient mieux l’il­lus­tr­er.

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).