Accueil | Actualités | Médias | Ullrich Fichtner ne veut plus être « l’Allemand de service »
Pub­lié le 30 septembre 2013 | Éti­quettes : , ,

Ullrich Fichtner ne veut plus être « l’Allemand de service »

Dans une tribune publiée dans le quotidien Der Spiegel le 23 septembre et traduite par le Courrier international, le journaliste allemand Ullrich Fichtner, correspondant à Paris pour le Der Spiegel, s’est plaint d’être « l’Allemand de service » des médias français.

Étrange article, où le journaliste peste contre le poste de « représentant de son peuple, de sa patrie » qu’on lui a automatiquement collé. « C’est moi qui suis responsable si le chômage baisse sur la rive droite du Rhin tandis qu’il grimpe sur la rive gauche », écrit-il, confiant que « la supériorité allemande, on me la fait payer en détail au quotidien ». Alors il tente de « rétablir la vérité » : « J’explique que, chez nous non plus, les rues ne sont pas pavées d’or, que la richesse collective actuelle de l’Allemagne masque beaucoup de misère individuelle, mais on ne veut y voir que de la fausse modestie de ma part. »

Ulrich Fichtner essaie d’expliquer la situation : « Je dois […] partir du principe que bon nombre d’entre eux sont jaloux de nos salaires et de notre faible dette publique, qu’ils nous envient nos voitures, nos machines à laver performantes et, naturellement, nos stars de foot ». Une situation qui lui déplait de plus en plus fortement et dont il a décidé, avec succès, de faire part, démontrant l’aveuglement des médias vis-à-vis de ce qui se passe de l’autre côté de la frontière.

Crédit photo : Dontworry via Wikimédia

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

0% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 0€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux