Accueil | Actualités | Médias | Ullrich Fichtner ne veut plus être « l’Allemand de service »
Pub­lié le 30 septembre 2013 | Éti­quettes : , ,

Ullrich Fichtner ne veut plus être « l’Allemand de service »

Dans une tribune publiée dans le quotidien Der Spiegel le 23 septembre et traduite par le Courrier international, le journaliste allemand Ullrich Fichtner, correspondant à Paris pour le Der Spiegel, s’est plaint d’être « l’Allemand de service » des médias français.

Étrange article, où le journaliste peste contre le poste de « représentant de son peuple, de sa patrie » qu’on lui a automatiquement collé. « C’est moi qui suis responsable si le chômage baisse sur la rive droite du Rhin tandis qu’il grimpe sur la rive gauche », écrit-il, confiant que « la supériorité allemande, on me la fait payer en détail au quotidien ». Alors il tente de « rétablir la vérité » : « J’explique que, chez nous non plus, les rues ne sont pas pavées d’or, que la richesse collective actuelle de l’Allemagne masque beaucoup de misère individuelle, mais on ne veut y voir que de la fausse modestie de ma part. »

Ulrich Fichtner essaie d’expliquer la situation : « Je dois […] partir du principe que bon nombre d’entre eux sont jaloux de nos salaires et de notre faible dette publique, qu’ils nous envient nos voitures, nos machines à laver performantes et, naturellement, nos stars de foot ». Une situation qui lui déplait de plus en plus fortement et dont il a décidé, avec succès, de faire part, démontrant l’aveuglement des médias vis-à-vis de ce qui se passe de l’autre côté de la frontière.

Crédit photo : Dontworry via Wikimédia

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This