Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Ullrich Fichtner ne veut plus être « l’Allemand de service »

30 septembre 2013

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Ullrich Fichtner ne veut plus être « l’Allemand de service »

Ullrich Fichtner ne veut plus être « l’Allemand de service »

Dans une tribune publiée dans le quotidien Der Spiegel le 23 septembre et traduite par le Courrier international, le journaliste allemand Ullrich Fichtner, correspondant à Paris pour le Der Spiegel, s’est plaint d’être « l’Allemand de service » des médias français.

Étrange arti­cle, où le jour­nal­iste peste con­tre le poste de « représen­tant de son peu­ple, de sa patrie » qu’on lui a automa­tique­ment col­lé. « C’est moi qui suis respon­s­able si le chô­mage baisse sur la rive droite du Rhin tan­dis qu’il grimpe sur la rive gauche », écrit-il, con­fi­ant que « la supéri­or­ité alle­mande, on me la fait pay­er en détail au quo­ti­di­en ». Alors il tente de « rétablir la vérité » : « J’explique que, chez nous non plus, les rues ne sont pas pavées d’or, que la richesse col­lec­tive actuelle de l’Allemagne masque beau­coup de mis­ère indi­vidu­elle, mais on ne veut y voir que de la fausse mod­estie de ma part. »

Ulrich Ficht­ner essaie d’expliquer la sit­u­a­tion : « Je dois […] par­tir du principe que bon nom­bre d’entre eux sont jaloux de nos salaires et de notre faible dette publique, qu’ils nous envient nos voitures, nos machines à laver per­for­mantes et, naturelle­ment, nos stars de foot ». Une sit­u­a­tion qui lui déplait de plus en plus forte­ment et dont il a décidé, avec suc­cès, de faire part, démon­trant l’aveuglement des médias vis-à-vis de ce qui se passe de l’autre côté de la fron­tière.

Crédit pho­to : Dont­wor­ry via Wikimé­dia

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).