Accueil | Actualités | Médias | Tunis : i‑Télé révèle en direct la position des otages du musée
Pub­lié le 20 mars 2015 | Éti­quettes : , ,

Tunis : i‑Télé révèle en direct la position des otages du musée

Après les prises d'otages de janvier dernier à Paris, les chaînes d'information en continu sont à niveau la cible de critiques après l'attaque du musée du Bardo de Tunis mercredi dernier.

En cause ? La diffusion par I-Télé d'un entretien en direct avec une touriste française pendant la prise d'otages. La présentatrice, Myriam Bounafaa, déclare alors, imprudemment : « Géraldine, vous êtes retranchée au troisième étage... », donnant ainsi sa position en direct. N'ayant pas relevé la dangerosité de l'information, la touriste française en dit plus : « On est une quarantaine retranchés dans une salle. Une salle de mosaïques. On est un peu paniqués, on entend beaucoup de bruits. Il n'y a plus de tirs à l'extérieur, mais on entend beaucoup de cris... à l'extérieur. Et donc on est tous retranchés, par terre, dans une salle. On entend des... Oh... Ça tire, ça tire... »

Et la journaliste de poursuivre : « Vous avez le sentiment que les tirs s'approchent de là où vous vous trouvez ? », conduisant l'otage à faire un pas de plus dans l'auto-géolocalisation. « On s'est tous mis au sol. On est près d'une sorte de balcon avec des vitres », répond-t-elle.

Tunis : i-Télé révèle en direct la position des otages du musée

Tunis : i-Télé révèle en direct la position des otages du musée

Bien trop tard, Myriam Bounaffa stoppe le direct. « La sécurité de Géraldine nous conduit à arrêter ce témoignage », annonce-t-elle... avant de rappeler la présence de la touriste au troisième étage du bâtiment ! Une incroyable série d'imprudence qui n'aura pas manqué d'interpeller les internautes, et le CSA.

Contacté par Libération, le Conseil supérieur de l'audiovisuel a indiqué qu'il « analysera le compte-rendu par ses services des événements tragiques qui viennent de se produire ». Sur son compte Twitter, la présentatrice de la chaîne d'info en continu a tenté de se justifier en expliquant : « Lors de l'ITW avec Géraldine (14h02), le musée était plein de touristes. Partout. Musée labyrinthe de 20 000m2. »

Quoi qu'il en soit, i>Télé ne semble pas avoir tiré les leçons des attentats de janvier dernier. Bien que la chaîne n'était pas directement visée par les remontrances du CSA, qui incriminait surtout BFMTV, i>Télé ne s'était pas gênée pour cosigner avec différents médias un coup de gueule où l'on mettait en garde contre « l'information menacée »...

Pourtant, le Conseil n'avait alors même pas prononcé de sanctions, et s'était contenté de mettre en demeure l’ensemble de ces chaînes de « ne plus renouveler de tels manquements à l’ordre public », car ces révélations « étaient susceptibles de menacer gravement la sécurité des personnes retenues dans les lieux ». Un avertissement des plus inconséquents, certes, mais qui avait le mérité d'être clair...

À noter que, de son côté, BFMTV s'est montrée beaucoup plus prudente. Contrairement aux événements de janvier, la chaîne a cette fois-ci pris le soin de ne pas diffuser son entretien d'une otage en direct, et a même réalisé un travail de montage sur la séquence afin que celle-ci ne puisse pas être localisée.

Voir notre dossier : « Attentats : les enfants gâtés de l'info en continu »

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This