Accueil | Actualités | Médias | Toujours pas assez de femmes à la télévision pour le CSA
Pub­lié le 5 décembre 2015 | Éti­quettes : ,

Toujours pas assez de femmes à la télévision pour le CSA

Dans son rapport annuel, le Conseil supérieur de l'audiovisuel estime (encore et toujours) qu'il n'y a pas assez de femmes à la télévision. Un matraquage qui finira par payer ?

Après avoir jugé que les « personnes perçues comme blanches » étaient sur-représentées à l'écran, les Sages s'attachent désormais à rappeler l’autre antienne traditionnelle du progressisme : la gent féminine serait mise de côté.

Selon les calculs du Conseil, pour 1100 heures de 1600 programmes répartis sur deux semaines (du 20 au 26 avril et du 18 au 24 mai) et sur 17 chaînes, les femmes n'ont représenté que 37 % des personnes montrées à l'écran.

Aussi, le CSA estime que lorsqu'il s'agit d'information, les femmes n'ont jamais le beau rôle : « Dans l’information, une baisse par rapport à 2014 du taux de femmes-héroïnes (-2 points) et du taux de femmes-personnages principaux (-6 points) ainsi qu’une hausse du taux de femmes-personnages secondaires (+4 points). »

De plus, « les femmes sont toujours invitées à intervenir en qualité de témoins ou de victimes, alors que les hommes eux sont souvent conviés en tant qu’experts », ajoute Libération avant de noter que les spécialistes invités après les attentats étaient 100 % masculins.

Sur France Info, Sylvie Pierre-Brossolette (en charge justement des questions de parité au CSA) a pour sa part considéré que « le problème reste la valorisation des femmes dans les postes importants, il y a beaucoup de femmes à la base, mais elles sont réduites à des rôles secondaires ».

L'obsession de la parité et des quotas à tous les niveaux a encore de beaux jours devant elle.

Crédit photo : montage Ojim

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This