Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Succès des 8èmes Assises du journalisme

18 octobre 2014

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Succès des 8èmes Assises du journalisme

Succès des 8èmes Assises du journalisme

Les huitièmes Assises du Journalisme organisées par Jérôme Bouvier médiateur de Radio France et Président de Journalisme et Citoyenneté se sont déroulées du 16 au 18 octobre 2014 à l’Arsenal de Metz.

Une organ­i­sa­tion tou­jours très pro­fes­sion­nelle a per­mis de rassem­bler plus de mille jour­nal­istes (sans compter de très nom­breux étu­di­ants) au cours de plus de trente ate­liers et tables ron­des. Le thème 2014 se présen­tait sous un titre riche mais un peu ambigu « Jour­nal­istes respon­s­ables ». Respon­s­ables, mais de quoi ? De la déon­tolo­gie jour­nal­is­tique ? Respon­s­ables de leurs lecteurs/auditeurs/spectateurs en déshérence ? Respon­s­ables poli­tique­ment des évo­lu­tions élec­torales ?

La soirée d’ouverture réu­nis­sait un pan­el pres­tigieux (et entière­ment féminin) présidé par Agnès Chau­veau direc­trice de l’École de Jour­nal­isme de ScPo et rassem­blant Michèle Leri­don direc­trice de l’information à l’AFP, Céline Pigalle direc­trice de l’information de Canal+, Cécile Miège direc­trice de RFI et Valérie Toran­ian longtemps direc­trice de Elle. Le débat a paru un peu nom­briliste et mar­qué par « l’entre soi » les pro­tag­o­nistes (sans doute influ­encées par leurs fonc­tions) insis­tant surtout sur leur respon­s­abil­ité sociale vis-à-vis des équipes dont elles sont en effet respon­s­ables. Com­ment pro­téger les reporters de guerre, quel statut pour les pigistes et les cor­re­spon­dants locaux etc… alors que la respon­s­abil­ité vis-à-vis du pub­lic n’était qu’à peine effleurée faute de temps.

L’Ojim représen­tée sur place lors des deux pre­mières journées revien­dra plus en détail sur de nom­breuses con­férences pas­sion­nantes (et par­fois pas­sion­nées) : le respect de la vie privée, le jour­nal­isme jaune, le native adver­tis­ing, le rôle des médi­a­teurs, l’influence des réseaux soci­aux, les nou­velles fron­tières du jour­nal­isme et bien d’autres débats mis en place par ces Assis­es qui ont trou­vé leur place – indis­pens­able – dans le monde des médias.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision