Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
France Culture en quête de complots. Épisode 2

20 novembre 2019

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | France Culture en quête de complots. Épisode 2

France Culture en quête de complots. Épisode 2

Comme nous l’indiquions dans ce premier article, France Culture se met aux podcasts mais les sujets sont toujours aussi orientés. Ce que montre la série « Mécaniques du complotisme ». Suite de nos analyses : saison 3, épisode 2.

La sai­son 3 est entière­ment con­sacrée au grand rem­place­ment, annon­cé comme étant « un virus français ». L’épisode 1, et son étrange « invité » Jean-Yves Camus, poli­to­logue qui a exprimé sur Twit­ter sa sur­prise d’apparaître dans cette série, surtout qu’il est présen­té comme étant inter­rogé tout le long de l’émission, ce qui con­fine à la deep fake, insis­tait sur les orig­ines de l’expression et se ter­mi­nait par une évo­ca­tion du Front Nation­al. Per­son­ne n’en doutait d’avance. L’épisode 2 est donc illus­tré par une pho­togra­phie de Jean-Marie Le Pen der­rière un pupitre indi­quant « Les Français d’abord ».

Mise en bouche

« Après 1945, un mil­lion d’étrangers vien­nent par­ticiper à la recon­struc­tion de la France. La prospérité économique assure un emploi à l’immense majorité d’entre eux mais les trou­bles économiques appa­rais­sent. Après les indépen­dances, et la guerre d’Algérie, les tra­vailleurs venus d’Afrique sont regardés avec ran­cune ».

On lira les analy­ses pro­posées par l’OJIM au sujet d’une autre série, télévisée quant à elle, His­toires d’une nation, dont les argu­ments sont sim­i­laires au mot près.

« Au cours des années 70, les 30 Glo­rieuses touchent à leur fin, le chô­mage décolle, les immi­grés sont alors près de qua­tre mil­lions, un homme se saisira de ce nou­veau con­texte pour mon­ter les Français con­tre eux ».

Cet épisode 2 ne fait donc pas dans la den­telle : voici le vecteur poli­tique de la dif­fu­sion de la notion du grand rem­place­ment qui monte sur scène, selon France Cul­ture, Jean-Marie Le Pen : « Comme ses prédécesseurs du début du 20e siè­cle, il dépeint une France envahie par les étrangers sous l’effet d’une natal­ité décli­nante et d’une immi­gra­tion galopante. Le pays serait en dan­ger de mort ».

  • Réap­pari­tion de Jean-Yves Camus, donc — comme s’il par­lait sur France Cul­ture comme invité. Ce ne sem­ble tou­jours pas être le cas. Le poli­to­logue explique que les immi­grants « se fix­ent », ne repar­tent pas, « se mari­ent, ont des enfants ». L’implantation de l’islam en France n’a pas été vue, ce serait « un malen­ten­du ».
  • « Avec les années 2000, la panique sécu­ri­taire du ter­ror­isme prend le relais. Une for­mule va résumer toutes les angoiss­es de l’époque : le grand rem­place­ment. Elle est née sous la plume d’un homme que rien ne prédis­po­sait à devenir le porte-éten­dard des extrêmes droites européennes : Renaud Camus».

Blitzkrieg et monomaniaque

Le pod­cast lance alors la très grande (et con­v­enue) offen­sive : « Un homme flaire la bonne affaire future, Jean-Marie Le Pen. Avec un ancien Waf­fen-SS, il fonde alors son par­ti, le Front Nation­al. L’immigration devien­dra son fonds de com­merce ». Il y a tout ou presque en peu de mots.

Mise en avant du slo­gan : « Un mil­lion de chômeurs, c’est un mil­lion d’immigrés en trop ». Aucune référence n’est faite au le par­ti com­mu­niste français, lequel était pour­tant à l’origine de ce slo­gan et de cette ligne poli­tique…

« Le Le Pen de 1972 n’est pas encore un mono mani­aque de l’immigration, cela vien­dra. Au cours des années 80, le Front Nation­al développe un dis­cours sys­té­ma­tique­ment xéno­phobe. Pour affaib­lir la droite, François Mit­ter­rand encour­age la télévi­sion publique à le recevoir sur ses plateaux ».

Cette dernière infor­ma­tion, longtemps niée, main­tenant attestée a pour le coup réelle­ment la saveur d’un com­plot : France Cul­ture pré­pare-t-elle une émis­sion à ce sujet ? Ou bien Mit­ter­rand était-il trop de gauche pour être analysé sous l’angle du com­plo­tisme ?

Le Pen dénonce « l’invasion migra­toire (…) la con­sti­tu­tion de véri­ta­bles villes étrangères, imper­méables à l’autorité, à la police, au fisc, et cette inva­sion qui ne cesse de croître ». Le plus éton­nant est que l’auteur du pod­cast ne paraît pas s’apercevoir que ces mots de Le Pen décrivent une sit­u­a­tion qui a eu lieu et qui a encore lieu, ce qui est là aus­si avéré (et même au quo­ti­di­en). Quelque chose qui est de fait, et donc le con­traire d’un com­plot. La preuve ? Cita­tion : « Mal­heureuse­ment, les étrangers dont il s’agit en par­ti­c­uli­er ceux qui ont cinq ou six enfants, qui sont orig­i­naires d’Afrique et d’Afrique du nord ne veu­lent pas s’intégrer ». L’actualité la plus proche de nous, en cette année 2019, donne qui­tus à ce pro­pos.

Les invi­ta­tions s’enchaînent et les scores pro­gressent : c’est donc l’effet d’un com­plot Mit­ter­ran­di­en ? France Cul­ture ?

Nouvelle droite

Jour­nal­iste : « En par­al­lèle à l’affrontement poli­tique, un com­bat cul­turel se mène au sein de la droite française. Depuis la fin des années 60, des groupes d’intellectuels tra­vail­lent à renou­vel­er son logi­ciel. Sous leur impul­sion, la ques­tion de l’immigration va être abor­dée sous un nou­v­el angle ». Il s’agit de la Nou­velle Droite. Le thème est même présen­té dans Apos­tro­phes, avec présence d’Alain de Benoist. « La Nou­velle droite prône l’ethno-différentialisme ». Pour se préserv­er, « au fil des années, leurs théories vont fournir des argu­ments aux opposants à l’immigration ».

Vient la référence au départ de Guil­laume Faye (lequel avait rompu avec la Nou­velle droite), qui pense que la guerre civile approche… En 2019, d’un cer­tain point de vue, l’idée de la dis­pari­tion en cours de la civil­i­sa­tion européenne et de la guerre civile, ou encore de la soumis­sion voir le livre éponyme de Houelle­becq), parais­sent avoir été des pré­mo­ni­tions. Pour France Cul­ture, ce sont des con­struc­tions de la Nou­velle Droite et de l’extrême droite, un com­plot donc, et non une pos­si­bil­ité sim­ple­ment annon­cée car perçue. France Cul­ture con­fond la réal­ité et l’imaginaire. Son pro­pre imag­i­naire. Le pod­cast insiste alors sur le rôle sup­posé de Guil­laume Faye, aux thès­es qui seraient à l’origine des courants iden­ti­taires des années 90 et 2000, avec des livres « alarmistes et vio­lents ».

Vient le 11 septembre 2001

C’est pour­tant le 11 sep­tem­bre 2001 qui change tout.

L’auteur : « Jusqu’aux années 70, le dis­cours anti immi­gra­tion était can­ton­né aux marges. Mais à présent le con­texte lui est favor­able. Avec les années 2000, la panique sécu­ri­taire prend le relais. Une for­mule va résumer toutes les angoiss­es de l’époque : le grand rem­place­ment ».

Ce qui est extra­or­di­naire et même pas­sion­nant, si l’on con­sid­ère com­bi­en un cerveau de jour­nal­iste peut être for­maté, c’est de voir com­bi­en les auteurs du pod­cast n’imaginent jamais, à aucun instant, que ce qu’ils assim­i­lent à du com­plo­tisme et qu’ils ont pour­tant sous les yeux main­tenant, toute la matière util­isée dans leur tra­vail étant devenu le con­cret quo­ti­di­en des Européens, est juste­ment le con­traire d’un com­plot : la sim­ple descrip­tion de la réal­ité. L’émission se ter­mine sur le nom de Renaud Camus. A suiv­re, donc, avec une petite idée de la visée de la série déclinée autour du mot « virus » : une saleté qui s’attrape, qui serait née en France et qui se serait éten­due dans le monde entier, jusqu’en Nou­velle Zélande par exem­ple ?

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).