Accueil | Actualités | Médias | Second projet de loi pour un conseil de presse et un code de déontologie
Pub­lié le 28 juillet 2014 | Éti­quettes : ,

Second projet de loi pour un conseil de presse et un code de déontologie

Le député de l'Oise Jean-François Mancel (UMP) a déposé en date du 16 juillet 2014 une nouvelle proposition de loi visant à instituer un conseil de presse et un code de déontologie.

L’APCP, l’Association de préfiguration d’un conseil de presse en France milite depuis plusieurs années en ce sens.

Jean-François Mancel envisage une représentation tripartite : journalistes, éditeurs et société civile.

Qui déterminera les représentants de la société civile ? Ceux –ci seront « sélectionnés un comité dont la composition sera fixée par décret ». Voici qui n’annonce rien de bon pour l’indépendance du Conseil de presse, d’autant plus qu’un représentant du ministère de la culture aura voix consultative. La rédaction du code déontologie sera confiée à des professionnels, contrôlés par le Conseil. Le Conseil sera lui-même financé par les éditeurs et les journalistes qui verseront une cotisation.

Le SNJ a déjà réagi négativement par la voix de l’un de ses membres sur un blog de Mediapart. Il est douteux que cette proposition ait plus de chance de survie que la tentative en ce sens de Bruno Frappat. Jean-François Mancel avait déjà déposé une proposition de loi en 2011 visant le même objet, sans succès.

Crédit photo : Parti socialiste via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This