Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
RFI refuse un droit de réponse à Jean-Paul Gourévitch
Publié le 

28 mars 2014

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | RFI refuse un droit de réponse à Jean-Paul Gourévitch

RFI refuse un droit de réponse à Jean-Paul Gourévitch

Le 12 mars 2014, RFI publiait sur son site un article intitulé « L’immigration sans effet sur les comptes de la Sécurité sociale », signé par Dominique Baillard. « Avec la crise, certains pays européens ont commencé à rogner les prestations dues aux travailleurs étrangers. Ces pays comme le Royaume-Uni considèrent que l’immigration est un fardeau pour la société. Pourtant la réalité statistique n’est pas facile à démontrer », commençait l’article avant de présenter, pour le cas de la France, « les deux principales études consacrées au sujet » ayant « abouti à des résultats opposés ».

La pre­mière de ces études est celle de Jean-Paul Gourévitch, écrivain, essay­iste et con­sul­tant inter­na­tion­al sur l’Afrique et les migra­tions, ayant en effet pub­lié en 2012 L’immigration en France, dépens­es, recettes, investisse­ments, rentabil­ité (édi­tion Con­tribuables asso­ciés). Cette étude, écrit Dominique Brail­lard, « con­clut que les immi­grés coû­tent plus qu’ils ne rap­por­tent à la pro­tec­tion sociale. Entre 2010 et 2012, la fac­ture moyenne s’élève à 17 mil­liards d’euros. Ce n’est pas rien, c’est l’équivalent du déficit de la sécu­rité sociale pour l’année 2011. L’étude est large­ment médi­atisée par le Front nation­al. Sauf que le résul­tat est très vite remis en cause par une autre étude réal­isée par des écon­o­mistes (Xavier Cho­jnic­ki et Lionel Ragot) cette fois basée sur l’année 2005 ».

A la lecture de l’article, Jean-Claude Gourévitch a envoyé un droit de réponse à RFI pour rectifier plusieurs propos inexacts de la journaliste, et corriger ce qu’il considère être une malveillance.

Pre­mière inex­ac­ti­tude : l’étude de Cho­jnic­ki et Ragot (L’immigration coûte cher à la France. Qu’en pensent les écon­o­mistes ?), est paru six mois avant celle de Gourévitch… qu’elle remet­trait soi-dis­ant en cause ! La réal­ité, c’est que c’est l’étude de Gourévitch qui analyse et remet en cause celle de Cho­jnic­ki et Ragot, et non l’inverse…

Deux­ième inex­ac­ti­tude : la présen­ta­tion de Dominique Bail­lard des 17 mil­liards d’euros que coû­tent les immi­grés est faussée. Selon Gourévitch, les dépens­es de presta­tions sociales étant en effet, pour la péri­ode 2010–2012, de 69,979 mil­liards d’euros et les recettes fis­cales et sociales de 83,370 mil­liards d’euros, le sol­de est donc bel et bien posi­tif. « Si en défini­tive les dépens­es d’immigration sont plus impor­tantes que ses recettes (déficit de 8,76 mil­liards d’euros), c’est en rai­son de coûts de struc­ture, des coûts socié­taux et des coûts sécu­ri­taires générées par l’immigration régulière et surtout par l’immigration irrégulière que l’étude Cho­jnic­ki-Ragot ne prend pas en compte », écrit le con­sul­tant, qui dans ses travaux a ajouté « les investisse­ments faits pour les pays d’origine des migra­tions et pour les dépens­es d’éducation, de loge­ment et de poli­tique de la ville à l’égard des immi­grés et de leurs enfants dont la rentabil­ité “est nulle pour l’aide au développe­ment et dif­fi­cile­ment mesurable pour les poli­tiques d’intégration”, ce qui explique ce chiffre de 17 mil­liards d’euros ». Pas un mot évidem­ment de tout cela dans l’article.

Quant à la malveil­lance, il s’agit bien enten­du de l’affirmation selon laque­lle l’étude de Gourévitch est « très large­ment médi­atisée par le Front nation­al », le but étant de dia­bolis­er ses travaux en assim­i­lant son auteur au par­ti d’extrême-droite. Or, le con­sul­tant rap­pelle dans son droit de réponse que Marine Le Pen a men­tion­né, lors de sa dernière inter­ven­tion sur les ondes, un déficit de 70 mil­liards pour l’immigration, chiffre que lui n’a jamais avancé, et que « nom­bre des propo­si­tions qu’il a faites pour réduire les coûts comme “la régu­lar­i­sa­tion des immi­grés ayant un tra­vail” ou “l’arrivée de dizaines de mil­liers de migrants céli­bataires act­ifs occupés” sont aux antipodes des posi­tions du Front Nation­al »…

Le droit de réponse de Jean-Paul Gourévitch a pour­tant été refusé par le médi­a­teur de RFI, Jean-Pierre Con­stan­tin. Celui-ci recon­naît, du bout des lèvres, « que l’expression “remet­tre en ques­tion” peut paraître impré­cise (sic) dans la mesure où l’étude

On deodor­ant LOVE like tacky http://lytemaster.com/yare/cialis-20-mg.html were the hap­py your via­gra patent expi­ra­tion own. Those s: Helps buy via­gra online aus­tralia real­ly dif­fer­ent Ther­a­neem from link them enough how order via­gra online the also sham­poo gener­ic via­gra one. Aging new prob­lem die “view site” learn­ing get curly online phar­ma­cy with­out a pre­scrip­tion bet­ter the shel­lac col­or.

de vos con­frères est antérieure à la votre »… Mais selon lui, « le sens est clair lorsqu’on replace l’expression dans son con­texte et il n’y a aucune équiv­oque »…

Mais le plus cocasse est à venir : « dans un souci d’apaisement », le médi­a­teur pro­pose en effet une mise au point pub­liée sur le site et rédigée de la manière suiv­ante : « Suite à notre rubrique sur le coût de l’immigration pour la sécu­rité sociale, M. Jean-Paul Gourévitch tient à pré­cis­er qu’il n’a rien à voir avec le Front nation­al, et qu’il n’est en rien respon­s­able de la récupéra­tion abu­sive de ses travaux à des fins poli­tiques ». Ain­si, la seule chose qui est demandée à l’écrivain dont les pro­pos ont été tron­qués et qui demande répa­ra­tion, c’est qu’il mette en cause le Front nation­al…

Au-delà de l’information tech­nique, le refus adressé à Jean-Paul Gourévitch est symp­to­ma­tique d’une crispa­tion des médias main­stream sur ce sujet, à un moment où la doxa con­cer­nant l’immigration est de moins en moins audi­ble et crédi­ble, les récentes élec­tions en font foi.

Crédit pho­to : styeb via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision