Accueil | Actualités | Médias | Rennes, Carcassonne… : déséquilibrisme, le mal du siècle
Pub­lié le 19 juin 2016 | Éti­quettes :

Rennes, Carcassonne… : déséquilibrisme, le mal du siècle

Après les attentats à la voiture bélier pendant les dernières fêtes de Noël, où tous les « déséquilibrés » de France s'étaient visiblement fait passer le mot, c'est aujourd'hui à l'occasion du ramadan (pure coïncidence à nouveau) que ces derniers repassent à l'attaque.

À Rennes tout d'abord, mardi 14 juin, où une jeune femme de 19 ans attendait le bus. Soudain, un « déséquilibré » est sorti de nulle part pour l'agresser au couteau, nous dit la presse française, qui reprend ici religieusement l'AFP. Si l'agresseur avait visiblement un lourd passif psychiatrique, il voulait avant tout « commettre un sacrifice pour le ramadan », se déclarant par ailleurs musulman. Passons pour cette fois.

Sauf que dès le surlendemain, un nouveau « déséquilibré » sortait des buissons. À Carcassonne, un homme armé d'un marteau et d'un couteau a été arrêté par la DGSI. Âgé de 22 ans, il voulait « tuer des mécréants », principalement des Américains et des Russes (les deux grandes puissances engagées contre l'État islamique, étrangement), et même partir faire le jihad en Syrie. Là aussi, l'AFP nous explique qu'il s'agit d'un « jeune homme souffrant de problèmes psychiatriques ». Quelle histoire !

Peu à peu, le grand complot mis en place par le Centre national des déséquilibrés français (CNDF) semble se dessiner sous nos yeux. Vont-ils passer à l'action bientôt et de manière coordonnée ? Où se cachent-ils ? Qui sont-ils ? Finalement, le terrorisme islamiste est bien peu de chose : c'est le déséquilibrisme radical qui demeure le grand mal du siècle. Mais n'allez pas faire d'amalgames hâtifs ! Les déséquilibrés radicaux n'ont rien à voir avec le déséquilibrisme.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

36% récolté
Objec­tif : févri­er 2019 ! Nous avons récolté 720,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux