Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Réforme de l’audiovisuel : et le mastodonte France Médias apparut

29 septembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Réforme de l’audiovisuel : et le mastodonte France Médias apparut

Réforme de l’audiovisuel : et le mastodonte France Médias apparut

Dans une interview exclusive au Figaro, Franck Riester, ministre de la Culture, vient enfin de détailler le plan du gouvernement pour réformer l’audiovisuel, sur lequel les spéculations existaient depuis quelques temps. L’idée est de l’adapter à la révolution numérique tout en réaffirmant “notre souveraineté culturelle”.

Une nouvelle structure pour concentrer l’audiovisuel public

La super­struc­ture, créée en 2021, sera une hold­ing du nom de “France Médias” et regroupera Radio France, France Télévi­sions, l’INA et France Médias Monde (RFI, France 24, etc.). Elle aura pour rôle de définir les ori­en­ta­tions stratégiques et répar­tir le bud­get entre ses entités. Chaque mem­bre restera maître de sa ligne édi­to­ri­ale.

Arte et TV5 Monde n’en seront pas mem­bres, leur cap­i­tal étant en par­tie détenu par des Etats étrangers. La Chaîne par­lemen­taire, regroupant LCP Assem­blée Nationale et Pub­lic Sénat, ne sera pas non plus de la par­tie, étant la pro­priété du Par­lement.

Au niveau de l’organisation, les actuels patrons des futures entités devien­dront des directeurs généraux, super­visés par un PDG nom­mé par un nou­veau Con­seil d’administration. Dans ce Con­seil, l’État devrait être minori­taire avec trois représen­tants sur douze. Les autres admin­is­tra­teurs seront six “per­son­nal­ités qual­i­fiées et indépen­dantes” sug­gérées par l’État, le Par­lement et le Con­seil lui-même, mais tou­jours après avis con­forme du CSA ou de la struc­ture qui lui suc­cèdera. Enfin, il y aura des représen­tants des salariés.

Quant à savoir si cette struc­ture représente une vraie nou­veauté, écou­tons le syn­di­cat nation­al des jour­nal­istes (SNJ) de France Télévi­sions par­ler “d’une pre­mière depuis la sup­pres­sion de l’ORTF il y a plus de quar­ante ans ”. Une man­i­fes­ta­tion de la petite fibre gaulliste du Prési­dent Macron ?

Une réforme ne s’arrêtant pas à la question de France Médias

Cette réforme autoris­era aus­si la mise en place d’une troisième coupure pub­lic­i­taire pour les “films et télé­films qui dépassent 1h30 sur les chaînes privées”. Par ailleurs, les chaînes n’auront plus de restric­tions jour­nal­ières pour dif­fuser des films.

Le CSA fusion­nera avec l’Hadopi pour créer une nou­velle autorité indépen­dante nom­mée “ARCOM” (Autorité de Régu­la­tion de la COM­mu­ni­ca­tion audio­vi­suelle et numérique).

Enfin, il est prévu de deman­der aux plate­formes de stream­ing, comme Net­flix ou Ama­zon, de “financer la pro­duc­tion française à hau­teur d’au moins 16% de leur chiffre d’af­faires en France”. On a hâte de voir com­ment ils vont s’y pren­dre alors que Google vient déjà d’annoncer con­tourn­er la rémunéra­tion imposée par l’Union européenne sur le droit d’auteur

Crédit pho­to : Actu­aLit­té via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.