Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Radio France : 23 000 euros supplémentaires à Guillon

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

17 janvier 2013

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Radio France : 23 000 euros supplémentaires à Guillon

Radio France : 23 000 euros supplémentaires à Guillon

Temps de lecture : < 1 minute

La cour d’appel de Paris vient, ce mardi 15 janvier, de condamner Radio France en appel dans le procès qui l’oppose à Stéphane Guillon, confirmant ainsi le caractère « abusif » de son licenciement.

En 2010, l’humoriste avait été licen­cié (ain­si que son con­frère Didi­er Porte) suite à des chroniques jugées trop incor­rectes sur les ondes de France Inter. Le groupe pub­lic avait été con­damné en 2011 à vers­er 212 000 euros de dom­mages et intérêts à son ancien humoriste, le licen­ciement étant jugé « sans cause réelles ni sérieuses ». « En tant que salarié foutu dehors, je suis ravi de cette déci­sion judi­ci­aire. En tant que con­tribuable, je suis scan­dal­isé qu’une société d’État ait préféré per­dre autant d’argent et d’auditeurs pour faire taire un humoriste », avait alors réa­gi Stéphane Guil­lon. Ce mar­di, la cour d’appel a ajouté 23 000 euros sup­plé­men­taires au titre du préju­dice moral.

L’information a été rap­portée par l’AFP, qui tient ses sources auprès des deux avo­cats de l’humoriste.

Crédit pho­to : Mok­tara­ma via Flickr (cc)