Accueil | Actualités | Médias | Rachida Dati s’emporte contre certains « tocards » de journalistes
Pub­lié le 17 mars 2014 | Éti­quettes :

Rachida Dati s’emporte contre certains « tocards » de journalistes

Invitée de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV vendredi dernier pour parler de l'affaire Sarkozy, Rachida Dati s'est élevée contre la régulière violation du secret de l'instruction par certains journalistes.

« La violation du secret de l'instruction permet à la presse en toute impunité de publier des informations incomplètes, erronées, ou sous couvert d'anonymat ou de ragots, et on publie ça au mépris de la loi et des personnes concernées », a estimé l'ancienne ministre de la justice. Et de poursuivre, exemple à l'appui : « Si votre voisin est assassiné. Vous pouvez être entendu comme témoin. Ça arrive tous les jours. Et si demain vous souhaitez une promotion, une décoration ou un prix, et que, opportunément, la presse dit : 'Monsieur Bourdin a été entendu dans une affaire d'assassinat'. Ça veut dire : 'Monsieur Bourdin est mis en cause dans une affaire d'assassinat'. Et donc là c'est grave parce que les effets sont dévastateurs. »

Et Mme Dati de durcir le ton : « C'est comme certains de vos confrères qui n'ont de journaliste que le nom. Alors moi, ces tocards-là, j'en ai soupé, je ne les supporte plus ! » Et l'ancienne garde des Sceaux, visiblement très remontée, sait de quoi elle parle : « Ils vous appellent et disent : 'Allo, bonjour Madame Dati. Il paraît que vous avez fait ça. Non, c'est faux. Alors, ou vous nous donnez une interview pour démentir ou sinon on l'écrit'. »

« Voilà ce que font certains de vos confrères », a-t-elle conclu. Le message est passé.

Crédit photo : capture d'écran vidéo BFMTV (DR)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux