Accueil | Actualités | Médias | Publicité sur Instagram aussi, le Meilleur des mondes
Pub­lié le 4 novembre 2018 | Éti­quettes : ,

Publicité sur Instagram aussi, le Meilleur des mondes

Facebook vit pour et de la publicité. Grassement si l’on considère les 5,8 milliards de dollars de bénéfices de son troisième trimestre 2018. Les sociétés comme les particuliers peuvent « pousser » leurs posts auprès d’un public sélectionné par critères (sexe, âge, géographie, centres d’intérêt etc), moyennant finances bien entendu. Instagram veut aussi profiter de la manne.

Promote for stories

Le réseau social Instagram (comme la messagerie WhatsApp) est la propriété de Facebook. Le réseau permet d’envoyer photos et vidéos sur votre profil, qui peut être "privé" (accessible seulement auprès d'abonnés que vous aurez préalablement autorisé à accéder à vos informations) ou "public" pour les utilisateurs les plus exhibitionnistes (vos photos et vidéos sont librement accessibles pour l'ensemble des internautes) ou les personnalités. Privilégiant l'image au texte, l'application est plébiscitée par les plus jeunes générations.

Vous voulez raconter une « histoire » ? L’anniversaire de tante Olga, le divorce de votre poisson rouge, la circoncision du cousin, la célébration de l’andouillette normande, la pendaison de crémaillère de Dédé, une campagne pour promouvoir le veganisme homosexuel à Romorantin ? Vous disposez de photos et vidéos. Soyez heureux, Instagram ouvre son programme Promote for stories. Vous pouvez sélectionner votre public en fonction de son profil (similaire à celui de vos abonnés), choisir les abonnés du Maine et Loire ou de Vladivostok, ou encore utiliser tous les filtres classiques pour que votre message atteigne telle tranche d’âge ou ceux qui s’intéressent au cinéma, à la peinture sur soie, à la chasse au dahu ou aux gazelles, au macramé ou à la nécrophagie inca. Surtout destiné aux entreprises, la formule permettra à une société de cosmétiques de s’adresser aux jeunes filles (c’est un exemple dénué de sexisme, vous pourrez le faire aussi pour les garçons et qui sait pour les transgenres, queers, neutres, intermédiaires etc) entre 14 et 16 ans, habitant des villes entre 10 et 20.000 habitants en France, intéressées par l’écologie et mangeant des épinards bio.

Instruments de mesure et Huxley 1932

Comme Facebook Analytics qui mesure les résultats de vos annonces, avec Instagram Analytics, les comptes professionnels pourront suivre les taux de rétention des prospects, créer des segments d’audience pour voir si les personnes qui ont commenté une publication leur génèrent plus de valeur… Ils pourront également analyser les corrélations entre leur public et les personnes qui visitent leur site, téléchargent leur application ou aiment leur page Facebook.

Le monde de Jacques Tati dans le film Mon Oncle ? Non, plutôt celui d’Aldous Huxley, dans Le Meilleur des mondes, écrit en 1932. Un monde de dictature parfaite, qui aurait toutes les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont personne ne songe à s’évader, un système d’esclavage où grâce à la consommation et au divertissement les esclaves auraient l’amour de leur servitude. L’ouvrage est disponible pour une somme modique au Livre de poche.

Nous ne résistons pas au plaisir de citer un extrait du livre, il s’agit d’un dialogue entre l’administrateur général de la cité et un des très rares dissidents :

« L’administrateur : la population optimale est sur le modèle de l’iceberg. Huit neuvièmes au dessous de la ligne de flottaison, un neuvième au dessus.
Le dissident : Et ils sont heureux au dessous de la ligne de flottaison ?
L’administrateur : Pas d’effort excessif de l’esprit et des muscles. Sept heures et demie d’un travail léger, nullement épuisant. Et ensuite la ration de soma, les sports, la copulation sans restriction, et le Cinéma Sentant. Que pourraient ils demander de plus ? »

La réponse : Facebook, Instagram et Google, mais ils les ont déjà. Souriez.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

35% récolté
Nous avons récolté 700€ sur 2.000€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Téléchargez l’application

L'Ojim sur iTunes Store