Accueil | Actualités | Médias | Publicité : la grande distribution ne devrait pas passer sur le petit écran
Pub­lié le 21 octobre 2013 | Éti­quettes : , , ,

Publicité : la grande distribution ne devrait pas passer sur le petit écran

Le gouvernement était en pleine réflexion sur l’ouverture, ou non, des secteurs publicitaires interdits à la télévision.

Il s’agissait notamment du milieu de la grande distribution (qui ne peut actuellement pas vanter les mérites de ses offres promotionnelles sur le petit écran) et le cinéma (qui ne peut pas y annoncer la sortie des films projetés). Jusqu’à présent, ces deux secteurs disposaient de la radio et de la presse écrite pour assurer leur promotion. Mais le gouvernement s’est penché sur un projet d’ouverture des espaces publicitaires télévisés à ces secteurs.

À l’annonce de la probable décision de la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, de ne pas changer les règles, la presse quotidienne régionale est soulagée. « L'État doit rester vigilant et nous soutenir », a expliqué Jean Viansson-Ponté, président du Syndicat de la presse quotidienne régionale (SPQR), au Figaro, confiant qu’il reste « très attentifs à ce dossier ». « Nous sommes en plein effet ciseaux : nos revenus baissent alors que le coût de la transformation de notre industrie va encore augmenter », prévient-il.

La PQR, qui est confrontée à la baisse de ses ventes ainsi qu’à la chute des recettes publicitaires, peut donc souffler. Chaque jour en France, 5,1 millions d'exemplaires de PQR sont vendus pour une audience de 18,8 millions de lecteurs. Le secteur demeure malgré tout en crise, comme le prouve entre autres la situation qui sévit au sein du Groupe Hersant Média.

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This