Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Accueil | Veille médias | Publication d’écoutes : Pierre Péan blâme les journalistes

L’article que vous allez lire est gratuit. Le mois de décembre est le plus important pour nous, celui où nos lecteurs peuvent nous aider par un don avec un reçu fiscal pour 2023 de 66% de leur don. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

2 avril 2014

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Publication d’écoutes : Pierre Péan blâme les journalistes

Publication d’écoutes : Pierre Péan blâme les journalistes

Temps de lecture : 3 minutes

Profitant d’un long entretien accordé au Figaro, Pierre Péan n’a pas été très tendre avec ses confrères au sujet de leur traditionnelle tendance à la divulgation d’écoutes judiciaires.

Pour ce jour­nal­iste d’en­quête réputé, « ces affaires témoignent d’une évo­lu­tion du méti­er qui existe depuis des années. Les principes qui guident la pro­fes­sion de jour­nal­iste sem­blent avoir pro­fondé­ment changé. (…) La Déc­la­ra­tion des droits de l’homme et du citoyen avait mis la pré­somp­tion d’in­no­cence au 9ème arti­cle, la lib­erté de la presse, deux arti­cles plus loin, à l’ar­ti­cle 11. Aujour­d’hui, la lib­erté de presse prime, dans les faits, sur la pré­somp­tion d’in­no­cence. » Et de pour­suiv­re : « Ces affaires témoignent du fait qu’on assiste de plus en plus à l’as­so­ci­a­tion de deux pou­voirs: le pou­voir judi­ci­aire et le pou­voir médi­a­tique. Cela n’est pas sain dans une démoc­ra­tie d’avoir deux pou­voirs qui font alliance. »

Visant claire­ment Médi­a­part, et faisant référence à la pub­li­ca­tion d’ex­traits des écoutes de Nico­las Sarkozy dans l’af­faire Bet­ten­court, Péan accuse : « Aujour­d’hui, un cer­tain jour­nal­isme se fonde sur la vio­la­tion de la loi. Toutes les grandes affaires que vous évo­quez sont basées sur la vio­la­tion du secret de l’in­struc­tion. Le jour­nal­iste dit ‘d’in­ves­ti­ga­tion’ a des pou­voirs et des moyens exor­bi­tants du droit com­mun. En pub­liant une écoute, c’est comme s’il avait la pos­si­bil­ité d’é­couter, de perqui­si­tion­ner. Cela pose le prob­lème de la défense du jus­ti­cia­ble. Les poli­tiques ne sont pas des sous-citoyens, ils méri­tent une pro­tec­tion de leur intim­ité, comme tout le monde. »

Et celui-ci de faire le par­al­lèle entre l’Ed­wy Plenel des années 80, se plaig­nant des écoutes dont il était la vic­time, et l’Ed­wy Plenel d’au­jour­d’hui qui vio­le le secret d’in­struc­tion tout sourire. Car pour Péan, la pub­li­ca­tion d’é­coutes « met en pâture » les per­son­nes con­cernées. « Si le juge­ment inno­cente la cible des jour­nal­istes, celle-ci n’au­ra droit qu’à quelques lignes dans les jour­naux. Et cette inno­cence judi­ci­aire ne rééquili­br­era pas la cul­pa­bil­ité instal­lée dans l’opin­ion publique », explique-t-il.

Et le jour­nal­iste de con­clure : « Pour que les écoutes atter­ris­sent sur le bureau d’un jour­nal­iste, il faut qu’il y ait une volon­té des deux côtés. (…) Le point d’o­rig­ine est for­cé­ment l’au­torité judi­ci­aire. Soit c’est l’au­torité judi­ci­aire qui estime dans sa stratégie d’in­struc­tion qu’il est utile que les écoutes soient con­nues publique­ment, soit il s’ag­it d’un acte mil­i­tant, des­tiné à nuire”, rap­pelle-t-il en appelant cepen­dant ses con­frères à pren­dre du recul face à ses “fuites”. “Atten­dre sur son bureau les PV des juges, ce n’est pas ce que j’ap­pelle de l’en­quête, mais de la sim­ple ges­tion de fuites. Le jour­nal­iste devient un pion, ren­trant dans les objec­tifs des uns et des autres, devenant l’outil de vengeances ou de straté­gies judiciaires. »

Lire aussi notre portrait d’Edwy Plenel

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo Gorgui Ndoye via Youtube (DR)