Accueil | Actualités | Médias | Prison ferme pour trois journalistes étrangers en Égypte
Pub­lié le 25 juin 2014 | Éti­quettes : ,

Prison ferme pour trois journalistes étrangers en Égypte

Jugés ce lundi en Égypte pour soutien aux islamistes, trois journalistes d'Al-Jazeera ont écopé de peines de prison allant de 7 à 10 ans.

L'Australien Peter Greste et l'Égypto-canadien Mohamed Fadel Fahmy, chef de bureau de la chaîne qatarie avant qu'elle ne soit interdite en Égypte, ont tout deux été condamnés à 7 ans de prison. L’Égyptien Baher Mohamed à 10 ans. Trois autres journalistes étrangers, jugés par contumace, ont également été condamnés à une peine de 10 ans de prison.

Le nouveau pouvoir égyptien, installé suite au renversement de l'islamiste Mohamed Morsi, considère en effet qu'Al-Jazeera est le porte-voix du Qatar voué au soutien des islamistes. « Il n'y a aucune justification à la détention de nos trois collègues. Les avoir gardés en détention 177 jours est une honte. Les condamner défie la logique, le bon sens et toute apparence de justice », a estimé la chaîne.

« C'est un verdict désastreux pour ces hommes et leurs familles et un jour noir pour la liberté de la presse en Égypte », a réagi, de son côté, Amnesty International. Andrew Greste, le frère de l'Australien Peter Greste (qui avait reçu plusieurs prix prestigieux), s'est dit « dévasté » à l'AFP. « C'est dur de trouver les mots pour décrire ce que nous ressentons. Ce n'est vraiment pas ce que nous attendions, nous espérions un acquittement », a-t-il poursuivi.

Pour l'heure, aucune grâce présidentielle n'est possible avant que la cour d'appel ne statue sur cette affaire, a déclaré un responsable à la présidence égyptienne.

Crédit photo : DR

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux