Accueil | Actualités | Médias | Prison ferme pour trois journalistes étrangers en Égypte
Pub­lié le 25 juin 2014 | Éti­quettes : ,

Prison ferme pour trois journalistes étrangers en Égypte

Jugés ce lundi en Égypte pour soutien aux islamistes, trois journalistes d'Al-Jazeera ont écopé de peines de prison allant de 7 à 10 ans.

L'Australien Peter Greste et l'Égypto-canadien Mohamed Fadel Fahmy, chef de bureau de la chaîne qatarie avant qu'elle ne soit interdite en Égypte, ont tout deux été condamnés à 7 ans de prison. L’Égyptien Baher Mohamed à 10 ans. Trois autres journalistes étrangers, jugés par contumace, ont également été condamnés à une peine de 10 ans de prison.

Le nouveau pouvoir égyptien, installé suite au renversement de l'islamiste Mohamed Morsi, considère en effet qu'Al-Jazeera est le porte-voix du Qatar voué au soutien des islamistes. « Il n'y a aucune justification à la détention de nos trois collègues. Les avoir gardés en détention 177 jours est une honte. Les condamner défie la logique, le bon sens et toute apparence de justice », a estimé la chaîne.

« C'est un verdict désastreux pour ces hommes et leurs familles et un jour noir pour la liberté de la presse en Égypte », a réagi, de son côté, Amnesty International. Andrew Greste, le frère de l'Australien Peter Greste (qui avait reçu plusieurs prix prestigieux), s'est dit « dévasté » à l'AFP. « C'est dur de trouver les mots pour décrire ce que nous ressentons. Ce n'est vraiment pas ce que nous attendions, nous espérions un acquittement », a-t-il poursuivi.

Pour l'heure, aucune grâce présidentielle n'est possible avant que la cour d'appel ne statue sur cette affaire, a déclaré un responsable à la présidence égyptienne.

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This