Accueil | Actualités | Médias | Presse / FN : fin de campagne tendue
Pub­lié le 21 mars 2014 | Éti­quettes :

Presse / FN : fin de campagne tendue

Le rédacteur en chef de La Voix du Midi a indiqué ce mardi avoir été mis en examen à Toulouse pour complicité de diffamation contre le FN.

Pascal Pallas avait en effet rapporté, le 4 novembre 2013, les propos de deux ex-militants du Front National qui dénonçaient le « racisme » et l’« homophobie » du parti. Celui-ci évoque aujourd’hui « n'avoir commis aucune entorse aux règles de déontologie » et dénonce une « atteinte à la liberté de la presse ».

« Je suis poursuivi à titre personnel. Ce n'est pas le journal qui est attaqué mais moi personnellement. On me reproche d'être complice du délit de diffamation », a fait savoir M. Pallas qui défend sa bonne foi et rappelle que « La Voix du Midi a toujours entretenu des relations apaisées avec les représentants locaux du FN ». Son avocat, Philippe Wallaert, ajoute que sa « parfaite bonne foi » se traduit par « par le fait qu'il est allé interroger le représentant local du FN sur ces faits-là. »

À la mi-février, c’est le couple Portheault qui avait également été mis en examen pour diffamation. Suite à leurs déclarations, qui relataient, là encore, des cas de racisme et d’homophobie au sein de la base militante comme de certains cadres du FN, le parti de Marine Le Pen avait déposé plainte avec constitution de partie civile quinze jours plus tard en affirmant « le caractère mensonger des affirmations des époux Portheault ».

Histoire de ne pas se priver, le couple a même fait éditer un livre consacré au sujet… Depuis, les Portheault ont décidé de déménager après avoir, disent-il, reçu des mots d’insulte dans leur boîte aux lettres.

Dans le Nord aussi, le FN passe à l’offensive judiciaire. Le parti frontiste vient d’assigner en justice pour « injures publiques » le directeur de publication du quotidien Nord Littoral, du groupe La Voix du Nord. « Nous subissons des attaques extrêmement violentes, en particulier à Calais, contre notre candidate Françoise Vernalde, caricaturée récemment en nazie par Nord Littoral », a déclaré à l’AFP un responsable du FN, Bruno Bilde.

« C'est la raison pour laquelle nous avons il y a une bonne semaine assigné pour injures publiques le directeur de la publication, M. Sébastien Duprez, devant le doyen des juges d'instruction au TGI de Boulogne-sur-mer », a-t-il ajouté. De son côté, le Front National de la région Nord/Pas-de-Calais a, dans un communiqué, dénoncé « la campagne de haine et de harcèlement à l'encontre de ses candidats » que mènent selon lui depuis des mois La Voix du Nord à Maubeuge et à Bruay-la-Buissière, et Nord Littoral à Calais.

Sur son compte Twitter, le directeur général du groupe La Voix du Nord, Jacques Hardoin, a fait part de son « soutien total (...) à nos équipes éditoriales et plus particulièrement à celles de Maubeuge, Bruay et Calais mises en cause par le FN ». Joints par l'AFP, M. Hardoin, de même que le directeur général de Nord Littoral, Sébastien Duprez, ont indiqué tous deux ne pas avoir à ce jour été informés d'une assignation.

Une campagne des municipales mouvementée qui se termine, pour le Front National, sur un ton polémique et procédurier.

Crédit photo : ronankelly via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux